samedi 24 décembre 2016

Saga Snow Crystal, Sarah Morgan


La danse hésitante des flocons de neige,

Noël. Kayla Green redoute cette date et, comme chaque année, elle prévoit de s’enfermer dans son bureau de Manhattan avec une surdose de travail. Mais un gros budget de relations publiques l’envoie en fait dans le Vermont : celui de Snow Crystal, apporté par Jackson O’Neil, qui dirige un groupe de stations de sports d’hiver de luxe. Pour Kayla, ce petit miracle de Noël ne va pas sans inconvénients : primo, la neige, le ski, les snow-boots, tituber sur la glace en talons hauts…, ce n’est vraiment pas son idéal ; secundo, Jackson O’Neil a une famille, une de ces familles aussi unies que les mailles d’un tricot bien serré qui rappellent douloureusement à Kayla qu’elle a toujours dû se débrouiller seule. Mais il y a pire encore pour elle que Noël, la famille et autres calamités : c’est Jackson. Jackson, qui a tous les atouts en main pour faire fondre le cœur de glace qu’elle s’est si difficilement façonné…

L'exquise clarté d'un rayon de lune

Ca-tas-tro-phi-que. Voilà qui caractérise parfaitement bien l’été qui s’annonce pour Elise Philippe, chef de cuisine surdouée. L’ouverture à Snow Crystal du café qu’elle doit diriger – son bébé, le projet de sa vie – ne cesse d’être repoussée à cause d’une succession d’incidents rocambolesques. Comme si le destin complotait pour lui pourrir la vie ! Heureusement, telle la meringue sur la tarte au citron, voilà que Sean O’Neil rentre au domaine. Le beau, le charismatique et troublant Sean… dans les bras duquel elle a passé la plus belle des nuits, l’été dernier. Oui, là, tout de suite, Sean pourrait être une distraction bienvenue et très, très sympathique. Une distraction de quelques heures, sans attaches ni lendemain. Après tout, ce n’est pas comme si elle risquait de tomber amoureuse, non ?

La douce caresse d'un vent d'hiver,

Brenna devrait se réjouir : la station de ski affiche complet, et la voilà obligée de libérer son chalet et d’emménager chez son meilleur ami, l’ex-champion olympique de ski, Tyler O’Neil, dont elle est amoureuse depuis… depuis toujours, en fait. Mais cette situation est loin d’être idéale. C’est même une véritable torture : comment pourrait-elle rester de marbre tandis que cet homme sur lequel elle fantasme depuis des années dort dans la chambre juste à côté de la sienne ? Car, elle le sait très bien, elle n’a rien à espérer : Tyler ne la considère que comme une amie, voire, pire, comme une sœur…

Tous les ans, une once de nostalgie m'étreint lors de fêtes de fin d'année. Rien d'étrange, mais ce qui l'est davantage, ce sont les manifestations de ce vide laissé par l'absence des êtres aimés. Cette année, il s'incarne dans le manque de la montagne. 

Le cerveau est décidément une machine bien mystérieuse, penser à mes parents fait flotter une tristesse coutumière avec laquelle je cohabite sans trop de problèmes depuis cinq longues années, mais ces derniers jours, évoquer la montagne, me bloque littéralement la respiration et pourrait me faire verser des larmes auxquelles je ne suis pas habituée.

J'ai eu la chance d'avoir des parents qui ont pu nous offrir tous les ans, des vacances dans les Alpes. Quand on est enfant, on ne prend jamais la pleine mesure de ce que cela représente. J'aimais chausser les skis, dévaler les pistes, les noires ne me faisaient pas peur, téléski et télésiège étaient une formalité, le chemin escarpé qu'il fallait suivre pour arriver à cette chapelle agrippée au flanc de la montagne m'attirait comme un aimant, la fonte des neige et les premier brins d'herbes annonciateurs du printemps me fascinaient.

Je me sentais dans mon élément, comme si je pouvais enfin goûter à un sentiment de liberté que je ne ressentais jamais autrement, même si la présence de mes parents l'entravait.

A cette époque-là, je n'avais pas compris que j'appartenais à cette catégorie de personnes qui vivent la montagne. Que j'appartiens, au présent. Certains ressentent la mer, ont un lien particulier avec l'eau, pour moi, c'est la montagne. J'en suis amoureuse. Je n'aurais qu'une envie : emmener Doux Chéri et toute ma famille animale dans un chalet perdu dans les alpages. Ma vie ne me permet pas malheureusement d'y retourner, ne serait-ce que pour quelques jours, et parfois, comme en ce moment, le manque exacerbé par l'absence hurle dans mes entrailles. 

Nostalgie, tristesse... Elles me vrillent le cœur.

Mais il existe un pansement efficace pour moi, l'un des meilleurs, le seul finalement pour lequel je suis sûre de son efficacité, celui qui recouvre mes plaies et les referme doucement : la littérature.

Dans ces cas-là, il faut être lucide sur son état et analyser ce qui nous fendille l'âme pour trouver le pansement idéal. Pour moi, c'était très simple, pas besoin de payer une consultation chez un psy. Le remède était donc tout aussi simple : montagne saupoudrée de romance. Pas de drames, non, surtout pas, mais une romance qui me bercerait et réanimerait mon petit cœur endolori par les épreuves de la vie.

Et je ne me suis pas trompée.

Tous les éléments sont réunis dans cette saga familiale que j'ai savourée comme un bon chocolat chaud, blottie sous ma couette ou sous un plaid épais, lovée sur le canapé et entourée de mon équipe féline : des personnages principaux attachants malmenés par la vie, une famille bigarrée aux fortes personnalités, de l'humour, de la tendresse, plein d'amour, du sexy pas vulgaire et des montagnes que l'on sent vibrer dans chaque mot, de la neige que l'on entend crisser sous nos pas.

J'ai adoré chacun des trois tomes, difficile d'ailleurs de dire quelle histoire j'ai préféré : Kayla et Jackson ? Elise et Sean ? Ou Brenna et Tyler ?

L'auteure a parfaitement su travailler ses personnages, personne n'est parfait, personne n'est lisse, tous ont au fond de leur cœur des fissures qu'ils essaient de combler, des obstacles qu'ils ont renoncé à franchir, et tous partagent ce même amour des montagnes.

On les retrouve au fil des tomes, chacun est partie intégrante de l'histoire des autres et est porteur d'un message d'espoir. L'amour se décline évidemment sous plusieurs formes, mais ce n'est pas la seule émotion qui palpite dans ces pages : l'amitié, les peurs, les interrogations sur qui on est, sur la famille, face à certaines situations de la vie, tout cela est parfaitement retranscrit.

Cerise sur le gâteau ou chantilly sur le chocolat (chaud bien sûr le chocolat !) : la plume de l'auteure. L'écriture n'entrait pas dans mes critères de choix du pansement idéal : il me fallait une belle histoire, des montagnes, mais je m'étais promise de ne pas être trop exigeante sur l'écriture. On ne peut pas tout avoir et parfois il faut être raisonnable. Quelle ne fut pas ma surprise de savourer une plume elle aussi très travaillée et qui évite les écueils de la mièvrerie ou de la facilité !

Maintenant, une autre forme de vague à l'âme a pris place dans mon petit cœur : celle d'avoir terminé cette saga. En refermant le dernier tome, j'ai refermé l'histoire de la famille O'Neil, tellement parfaite parce qu'elle est imparfaite, et j'ai dû laisser une nouvelle fois les sommets loin de moi. J'aurais bien aimé pouvoir prolonger le moment encore avec un quatrième tome...


Joyeuses fêtes de Noël à tous ! Profitez bien de tous ces doux moments avec vos proches et n'abusez pas du chocolat !

Je pense fort à vous,
Le livre-vie

18 commentaires:

  1. Et nous, on aimerait prolonger indéfiniment la lecture de tes billets, toujours si touchants et pleins de cette sensibilité qui te caractérise, tellement les émotions sont là, entre tes lignes :)
    Je te prends dans mes bras pour te réconforter et te souhaiter un bon réveillon de Noël :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie infiniment pour tes mots, qui comme d'habitude, me touchent beaucoup...

      Supprimer
  2. Je sens que cela va me plaire!
    Je te souhaite de très belles fêtes!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De très belles fêtes de fin d'année à toi aussi!

      Supprimer
  3. Tu donnes trop envie de découvrir cette histoire !
    Joyeux Noël et bonnes fêtes à toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joyeux réveillon de fin d'année à toi aussi!

      Supprimer
  4. Une saga que je compte lire depuis sa sortie... Ce qui n'est toujours pas fait.
    Ta chronique me la remet bien en tête, en tout cas :)
    Passe de joyeuses fêtes 🎄

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à la lire, elle est vraiment très bien!
      Un joyeux réveillon de fin d'année à toi aussi!

      Supprimer
  5. C'est sympa, contente que tu ais passé un bon moment. Les couvertures sont tellement mignonnes !

    RépondreSupprimer
  6. Immense calin à distance devant cet article très mélancolique. Et j'espère que tu as eu la chance de passer d'agréable fête de Noel également.
    Cette série me tente énormément et je finirais par tenter maintenant qu'elle est sorti en poche. Bisous. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Immense câlin à toi aussi! Le 1 est sorti en poche je crois!
      Bon réveillon de fin d'année!

      Supprimer
  7. Je suis désolée de te trouver si triste à l'approche de Noël, moi aussi je t'envoie un câlin à distance (géographique et temporelle, puisqu'on est le 2 janvier)
    J'en profite également pour te souhaiter une très belle année 2017! Je te souhaite aussi de découvrir tout plein de livres aussi sympathiques et merveilleux que celui-ci ! :)

    RépondreSupprimer
  8. C'est étrange, quand je me sens nostalgique, je me tourne toujours vers la nature, la montagne, les paysages enneigés. Et c'est comme chaque fois une grande bouffée de fraîcheur, un ressourcement...
    Ce sont des mots émouvants que tu nous livres. L'absence et le vide sont souvent douloureux. Ils construisent des souvenirs d'amour, le plus bel héritage <3
    Je note cette lecture enneigée.
    Des bisous ma chère Céline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une fois, tes mots me touchent beaucoup. L'absence peut être belle aussi, elle est le signe que l'héritage est là, que ceux qui ne sont plus nous ont marqués...

      J'aime la neige, j'aime les montagnes (avec ou sans neige d'ailleurs)... C'est une sensation très étrange d'ailleurs, comme si elle m'étreignait le coeur. J'espère vraiment pouvoir m'y ressourcer en 2017...

      Supprimer
  9. De jolies lectures pour Noël!Très joli article avec ce ressenti sur la montage, merci pour ce partage Céline :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de prendre le temps de me lire...

      Supprimer