dimanche 10 novembre 2013

Le livre perdu des sortilèges, Deborah Harkness



Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret – un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Dont Matthew Clairmont. Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au cœur de la tourmente.

Il est des livres dont le charme vous ensorcèle, des livres dont l’écriture vous envoûte, des livres qui sont un sortilège à l’état pur… Celui-ci en fait partie…

Lorsque j’ai tourné la dernière page, la première pensée qui a traversé mon esprit a été « Ouahh, faire d’un genre impur de la littérature au sens noble de terme… Bravo… »

Deborah Harkness nous a offert, pour son premier ouvrage, un véritable pied de nez au genre vampirique. 

L’intrigue est complexe, véritable toile d’araignée qui nous emprisonne, puzzle dont les pièces se mettent en place une à une au fil du récit. Le travail de recherche, indispensable pour en faire un roman aussi fin est indéniable, tant sur les lieux, les sciences, l’alchimie, la littérature, et j’en passe.

L’univers qu’elle crée est profond, et va bien au-delà du simple monde où cohabitent créatures surnaturelles et humains. Non, des codes sont érigés, les implications sont sous-pesées, rien n’est laissé au hasard. C’est l’un des romans du genre les plus aboutis qu’il m’ait été donné de lire.

Et justement, pour reprendre un débat lancé chez le Chat du Cheshire, un tel roman pose le problème du « genre ». A quel genre appartient-il ? Si l’on suit les catégories communément admises ces derniers temps et qui circulent sur le net, il appartiendrait, ne serait-ce qu’à cause de l’essence de ses personnages, à la bit-litt, et comme Le chat du Cheshire, je ne supporte pas cette appellation  tellement réductrice. 

Si l’on suit cette logique, vous avez des vampires, des loups-garous, en somme des créatures surnaturelles, donc c’est obligatoirement de la bit-litt (de la littérature pour être mordu(e)/(s) si on pousse le raisonnement à l’extrême, bref, de la littérature essentiellement féminine.) Quid de ceux dont le rêve n’est pas de se faire mordre ? Quid des lecteurs masculins ? Considérant que mon cerveau fonctionne bien, devrais-je donc avoir honte de me livrer à des plaisirs littéraires (doit-on même parler de littérature ?) aussi bas ?

L’autre appellation est l’Urban Fantasy, mais nous sommes assez peu à l’utiliser finalement. Celle-ci me dérange moins, elle est même assez juste, même si elle abrite en son sein des ouvrages plutôt disparates. Le livre perdu des sortilèges ou Rose Morte n’ont en commun avec Anita Blake que les vampires, et le décor, une ville… Faiblard n’est-ce pas ?

L’on se trouve là devant un véritable problème dans le monde littéraire passé et actuel. Ce besoin permanent de faire des cases, et de créer des genres et des sous-genres. Ne serait-ce que par ses personnages, le Livre perdu ferait partie d’un sous-genre, d’une littérature peu noble, et c’est honnêtement refuser de voir que la qualité littéraire d’un texte n’a pas grand-chose à voir avec ses personnages. Ce n’est pas cela qui fait un grand texte. Rappelez-vous Tolkien, aujourd’hui étudié, décortiqué, avant décrié, ou dans un autre registre, mais c’est volontaire, cette chère Jane Austen, que l’on regardait de haut et que maintenant on considère comme un classique. 

Alors Messieurs-Dames les gourous du monde littéraire, Messieurs-Dames les libraires qui cachez aux fins-fonds de votre boutique ce type de roman, rappelez-vous la fonction première d’un livre, distraire, et instruire si on a de la chance. Dans le livre-perdu, on a les deux, auxquels on peut ajouter d’autres ingrédients tels que les sentiments, l’action, et une plume très travaillée… Et c’est cela qui fait un bon roman…

22 commentaires:

  1. J'ai envie de le lire depuis sa sortie chez Orbit. Il est dans ma pal depuis sa sortie... Je n'ai pas encore sauter le pas à cause de son épaisseur ^^ lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il est assez épais! lol
      Mais n'hésite pas, il est vraiment de qualité, et j'ai passé un très bon moment avec!

      Supprimer
  2. Le premier m'avait bien plus, sans me plaire au point de me jeter sur la suite, spécialement en grand format. Maintenant que c'est en poche, pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends aussi qu'on n'ait pas été transporté: je le trouve assez atypique, voire même déstabilisant parfois, sans doute à cause de ces fameuses cases...

      Supprimer
  3. J'ai bien envie de le découvrir. Depuis le temps que j'en entends parler...

    RépondreSupprimer
  4. oh j'ai le roman depuis longtemps, sa sortie je crois ? Mais je ne l'ai pas lu... Oui je sais il faut que je le fasse ! C'est juste qu'il est gros lol, du coup j'ai du mal à m'y mettre. Mais je le ferais!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'épaisseur joue aussi pour moi! S'il un bouquin est trop épais, et surtout si je suis fatiguée...ben, j'en prends un autre! lol

      Supprimer
    2. voilà c'est le soucis donc c'est souvent ceux là qui restent au final parce que un plus fin m'attire tout de suite.

      Supprimer
    3. Je comprends!! Ce n'est pas moi qui vais te dire le contraire! lol
      En plus, j'ai l'impression d'être encore plus critique avec un bouquin épais, du style "est-ce qu'il y avait besoin de tant de pages?"...

      Supprimer
    4. C'est sans doute cela...ou alors trop de choses à lire et pas envie de perdre du temps avec un bouquin épais ET mauvais!! (Si épais et bon, pas de pb!!!)

      Supprimer
  5. Il me fait envie celui-ci !! je l'avais juste repéré mais pas ajouté à ma liste. Je vais changer ça ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super! J'espère que tu ne seras pas déçue!

      Supprimer
  6. Ta chronique est très intéressante ! Et le livre se trouve dans ma PAL ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un ouvrage que j'ai beaucoup apprécié, très fin finalement pour le genre!

      Supprimer
  7. Je suis ravie de voir que tu as également apprécié ce livre !!! (Décidément !^^)
    Et, pour ne rien te cacher : j'ai adoré sa suite ! Je suis vraiment fan de l'univers que l'auteure a su créer, la mythologie qu'elle lie à notre histoire....
    J'espère donc que tu aimeras "L'école de la nuit" au moins autant que moi ;)
    (Mais ne te presse pas trop, car l'auteur semble prendre son temps pour écrire le dernier volet ^^")

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment beaucoup aimé le tome 1!! Le tome 2 est dans ma PAL!!!

      Supprimer
  8. Qu'en est-il du tome 3? A-t-on une date de sa sortie ? Merci pour votre réponse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ma connaissance pas de date de sortie. Le tome trois en version originale est annoncé pour cet été (juillet?), donc la sortie en France ne se fera pas à mon avis avant la fin de l'année.
      Merci de votre passage!

      Supprimer
  9. Une chronique très sympa, la couverture interpelle... Un livre qui me tente bien ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vrai beaucoup aimé ce roman, et idem pour le tome 2

      Supprimer