mercredi 22 juin 2016

De pourpre et de soie, Mary Chamberlain

Londres, 1939. Quand Ada Vaughan commence à travailler au sein d'un atelier de mode de Dover Street, la belle jeune femme rêve d'une carrière dans la haute couture. Et d'échapper ainsi à l'atmosphère familiale pesante. Impossible alors de résister à l'énigmatique Stanislaus von Lieben, un gentleman entreprenant qui lui propose un voyage à Paris. Mais, à la fin de leur séjour, la nouvelle tombe : le Royaume-Uni et la France déclarent la guerre à l'Allemagne. Découvrez la destinée d'une héroïne inoubliable prise dans les tourments d'une des périodes les plus sombres de l'Histoire. De 1939 à 1948, de la splendeur du Savoy aux ombres du camp de concentration de Dachau, entre passion, drame et espoir, Ada tentera de survivre à l'enfer.

Ava Vaughan ne rêve que d'une chose, créer des modèles, avoir sa propre maison de couture, la Maison Vaughan, dans laquelle elle pourrait déployer tout son talent et exposer tous les beaux vêtements qui tourbillonnent dans sa tête. Elle aime les tissus précieux, elle aime les coupes parfaites, elle aime les magazines et leurs mannequins à la beauté fatale. Mais en attendant d'atteindre son rêve, elle travaille du haut de ses dix-huit ans dans une petite boutique où elle exerce son talent.

Parce qu'Ava Vaughan n'a pas eu la chance de la naissance. Si elle était née dans l'une des familles qu'elle habille, ces femmes sublimes au port de tête altier, à la silhouette parfaite et au porte-feuille bien garni, elle serait quelqu'un d'autre, quelqu'un à la hauteur de tout ce qu'elle porte en elle. Mais la vie est ainsi et elle doit être patiente, son heure viendra.

Et puis un jour, elle rencontre Stanislaus. Stanislaus et son beau costume, Stanislaus et son chapeau, Stanislaus qui règle tout et se montre si galant. Quand il lui propose une escapade à Paris, son coeur s'emballe. La capitale de la mode! Elle va revenir avec un anneau autour du doigt, elle en est sûre. Et Stanislaus l'aime tellement qu'il va lui financer sa Maison Vaughan, elle va enfin pouvoir avoir la vie à laquelle elle aspire, la vie qui lui est due.

Ah, naïveté de la jeunesse, péché d'orgueil...

Les journaux en parlaient pourtant, la radio aussi. Mais non, la guerre ne va pas éclater, et surtout, elle n'atteindra pas Paris. Rien ne peut atteindre Paris.

Mais l'inévitable se produit, et la guerre éclate. Commence une descente aux enfers brutale pour Ava. Une fuite vers la Belgique, Stanislaus qui l'abandonne. Elle doit survivre. Seule.

En me plongeant dans ce roman, je m'attendais à suivre le destin d'une femme mais je ne m'attendais pas à suivre un tel destin. Le récit m'a vraiment surprise, dans le bon sens du terme. La seconde guerre mondiale est un sujet largement traité, les récits de femmes aussi, et il est parfois difficile d'être original. On risque de s'engluer dans un mélodramatisme artificiel, dans une langue parfois trop lourdement décorée, dans un récit faussement romancé. Rien de tout cela dans ce roman. La langue est simple, dépouillée parfois, dure souvent. Comme les épreuves qu'Ava va devoir affronter. La douceur vient des tissus ou de tout ce qui est en rapport avec la couture, cette lueur dans l'obscurité de l'héroïne. Il n'y a pas d'emphase, pas besoin, les événements se suffisent à eux-mêmes.

Le personnage d'Ada est un personnage osé. Sa naïveté teintée d'égocentrisme peut être exaspérante, mais n'est jamais anodine. C'est ce qui l'aide à rester debout quand elle est enfermée, là, dans ce château, à quelques kilomètres de camp de Dachau, vivant l'horreur dans l'horreur, sombrant dans la noirceur de l'être humain.

Ada est une femme forte, qui veut survivre, qui veut monter sa Maison Vaughan, parce que la guerre s'arrêtera non? Et après, ça sera forcément mieux. Mais l'après n'est pas si simple comme nous le montre Mary Chamberlain. Quid de ceux qui reviennent au pays et qui ont tout perdu? Quid de ces femmes qui luttent pour se reconstruire dans cette société qui n'a pas encore appris de ces erreurs? 

Et la fin... Je l'ai relue à deux reprises pour être bien sûre, mais oui, c'est bien ça. Elle est dans la lignée de ce roman et finalement, il ne pouvait en être autrement.




26 commentaires:

  1. J'avais déjà repéré ce livre et il me tentait énormément ! Mais ton avis ne fait que confirmer mon impression ! (Je ne te félicite pas d'ailleurs.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sa la solidarité, tu me tentes alors moi aussi je te tente! Je pense que ce roman pourrait te plaire.

      Supprimer
  2. Je l'ai eu via NetGalley, il m'attend au chaud, j'ai vraiment hâte de le lire. tu me donnes très envie.

    RépondreSupprimer
  3. J’ai toujours adoré les destins de femmes fortes. Ce roman a tout pour me plaire, sur fond de deuxième guerre mondiale en plus... et quelle belle couverture de livre, elle nous communique déjà la détermination de cette femme...!
    Bisous Céline, super critique, comme toujours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il pourrait te plaire. C'est un destin de femme, habilement mené, porté par une belle plume, sans fioritures. Atypique en quelque sorte, mais réussi.

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup ce genre de roman (meme si ça fait longtemps que je n'en ai pas lu) et je trouve ça toujours intéressant. Tu me titilles avec son destin et la fin de l'histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il pourrait te plaire! La fin est très réussie, ce qui ne gâche rien, au contraire!

      Supprimer
  5. C'est un livre qui me tente énormément !! :)

    RépondreSupprimer
  6. Belle chronique !!! Et tu m'intrigues beaucoup avec cette fin relue deux fois !!! Il n'en faut pas davantage pour faire jaillir la petite étincelle de la tentation, merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fin est essentielle dans un roman, et dans ce genre, je suis souvent déçue. Alors que là, je l'ai trouvée très logique...

      Supprimer
  7. Hum! Ton avis me donne extrêmement envie, et pourtant je ne suis pas friande de lectures sur la seconde guerre mondiale. Vile tentatrice! Je t'envoie un mail très bientôt. Bisous Céline!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, tentatrice? Mais non, je proteste! (Et puis tu peux parler toi! lol)

      Supprimer
  8. Woh, woah, wouah.

    Comment ne pas craquer en lisant une telle chroniques ? On sent que le livre à laissé une -grosse- trace ! Hop hop, wish-list.. ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une énorme trace! J'ai vraiment adoré! Merci de ton passage!

      Supprimer
  9. C'est un roman qui me tente de plus en plus, je pense que je craquerai! ( je suis faible non?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, tu n'es pas faible du tout! Ce n'est pas moi qui vais te dire le contraire! :)

      Supprimer
  10. Ce titre me tente vraiment beaucoup... (et pour ne rien gâcher, j'aime beaucoup la couverture !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture est très réussie, c'est vrai!

      Supprimer
  11. Ta chronique me donne TRES envie de découvrir ce roman ! :)

    RépondreSupprimer
  12. Alors là, j'avoue que ce titre m'intrigue ! Il y a tellement d'éléments qui me hurlent "lis-moi" !
    Arg. Ton blog c'est le mal, je n'ai pas terminé de rattraper mon retard et j'ai déjà noté plein de titres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon blog n'est pas le mal, ce sont les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-mer-ou-de-la-terre qui le sont! Nanméo! lol

      Supprimer