vendredi 8 juillet 2016

L'amour en minuscules, Francesc Miralles

Samuel de Juan est un professeur d'allemand solitaire qui aime se réfugier dans la littérature et la musique classique. De sa bulle, il ne s'échappe que pour donner ses cours à l'université.
Mais au lendemain d'un réveillon du Nouvel An, une visite inattendue vient bouleverser ses habitudes. Un grattement derrière la porte... Un chat.
Qui pouvait imaginer que le félin ferait troquer à Samuel sa vie d'ermite pour une vie d'aventures et mettrait sur son chemin un savant lunatique et une belle femme mystérieuse ?
Samuel n'est pas au bout de ses surprises...

Il y a une certitude dans le monde qui nous entoure, c'est qu'avec la frénésie de nos vies, nous avons perdu de vue l'essentiel, nous avons perdu cette faculté à nous émerveiller pour de petites choses, à voir des signes, de tout petits signes, insignifiants, à peine perceptibles, mais pourtant indispensables.

C'est ce que nous rappelle Francesc Miralles dans son "Amour en minuscules" qui est une ode à ces petites choses de la vie, ces petits bonheurs absolus à côté desquels nous passons régulièrement et qui pourtant sont la clé vers la félicité.

Samuel de Juan souffre d'une routine imposée par sa solitude. Professeur de littérature allemande, il porte ses 38 ans et ses premiers cheveux gris comme un poids sur les épaules. La nouvelle année arrive, une de plus pendant laquelle rien ne changera. La résignation est son alliée face à cette vie qui l'oppresse.

Et pourtant, cette nouvelle année lui réserve bien des surprises. Tout commence par un grattement à la porte, insistant, énervant, exapérant. Il l'ouvre et apparait un chat comme tous les autres. Pas plus beau, pas plus laid. Tigré, sans doute jeune, et comme tout bon félin qui se respecte, culotté.

Le chat s'impose comme le premier signe du changement. Il pose ses valises, ou plutôt ses poils et ses grands yeux qui sondent l'âme, chez Samuel qui le baptise, une fois de plus résigné, Mishima.

S'ensuit une multitude de petits évènements provoqués par monsieur félin, une escapade à l'étage et la rencontre du vieux voisin, un drôle de livre à écrire, des retrouvailles à un feu rouge, une crinière noire qui hypnotise, une jolie vétérinaire, un amour absolu d'enfance, la solidarité, la tolérance, la connaissance de soi. Tout ça parce qu'un chat a décidé que l'appartement de Samuel était le sien, tout ça parce que Samuel a enfin décidé de revenir vers l'essentiel de la vie, vers ces signes simples, quotidiens, ces petits gestes qu'on ne voit plus et qui pourtant sont la clé.

C'est une lecture que j'ai beaucoup appréciée, les chapitres sont courts, teintés d'érudition musicale ou littéraire, les personnages sont attachants et le message est clair. L'on pourra reprocher une grande naïveté, une certaine candeur, des aphorismes semblables parfois à un éléphant dans un magasin de porcelaine, mais je me suis laissée portée par cette tendresse qui caresse le coeur.

La vie est faite de signes, souvent infimes, de bonheurs tout aussi minuscules, alors ouvrons-les yeux pour ne plus passer à côté. 

26 commentaires:

  1. Très jolie chronique. Ce roman a dorénavant rejoint ma PAL.

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi je l'ai beaucoup aimé!

    RépondreSupprimer
  3. C'est un roman qui a l'air d'être un bon roman feel good, ça fait du bien ce genre de lectures de temps en temps :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça! Un roman qui fait du bien!

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Oui, et qu'en général, on a beaucoup de mal à suivre, malheureusement.

      Supprimer
  5. Rien de tel que les petits plaisirs minuscules...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, même si bien souvent on passe à côté...

      Supprimer
  6. Ce n'est pas le premier roman sur lequel je me serai arrêtée mais le début de ta chronique me donne envie de le lire car oui nous avons oublié que le bonheur c'était aussi d'avoir des choses simples, d'apprécier les choses simples...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un petit roman tout en douceur, qui fait du bien en ces temps sombres...

      Supprimer
  7. C'est une jolie chronique qui donne très envie ! Je l'ajoute de ce pas à ma WL :)

    RépondreSupprimer
  8. Ça c'est bien vrai, nous perdons de vu ce qui a le plus d'importance, et surtout bien trop souvent nous n'arrivons plus à nous émerveiller...
    C'est bien que des livres comme celui-ci nous ramènent vers l'essentiel.
    Cette lecture doit faire un bien fou!
    Bisous et bonne journée ma chère Céline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai vraiment adoré cette lecture, un joli rappel je trouve de ce qui est important.

      Supprimer
  9. Un bien joli billet qui remet à l'honneur tous ces petits détails que nous ignorons trop souvent malheureusement, et qui peuvent éclairer notre quotidien !
    Et puis un peu de candeur et de naïveté ne nous feraient pas de mal dans le monde actuel ^_^ Merci Céline :)

    RépondreSupprimer
  10. Oh, encore un roman feel-good qui a l'air d'être un chouette bouquin ! De toute façon, à partir du moment où un chat a décidé de s'installer, je suis conquise. ;)

    RépondreSupprimer
  11. Oups, je viens seulement de tilter ! C'est de l'auteur du roman "Le plus bel endroit du monde est ici", que j'avais trouvé très chouette (même si l'évolution de l'héroïne était un peu trop extrême à mon goût). Du coup c'est sûr, je note, c'est une belle plume !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est le même auteur! On reconnait sa patte d'ailleurs.

      Supprimer
  12. Fervente adoratrice de ces petits félins je prends note pour une future lecture! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman mignon comme tout, et qui montre combien avoir un félin est important!

      Supprimer