vendredi 7 mars 2014

L'oeuvre de Dieu, la part du Diable, John Irving


Dans un orphelinat situé au fin fond du Maine, Wilbur Larch, gynécologue excentrique, se livre à une double mission : mettre au monde des enfants non désirés, et futurs orphelins, «l'oeuvre de Dieu», interrompre illégalement des grossesses, «la part du Diable». Mais entre lui et un orphelin réfractaire à quatre tentatives d'adoption vont peu à peu se développer des sentiments qui ressemblent fort à ceux d'un père et d'un fils.

Ce que j’aime dans la littérature, c’est qu’elle a, en ce qui me concerne, le pouvoir de m’habiter complètement, de me transporter, et de me faire errer comme une âme en peine lorsque la dernière page est tournée et qu'elle m'a entraînée dans son périple. Je n'ai pas de genre particulier, ne compte que la force d’une histoire. Cela va de Beatufil disaster, au Laitier de nuit, en passant par le Cœur Cousu.

 Et il y a maintenant L’œuvre de Dieu, la part du Diable

Je n’avais lu de John Irving que Le Monde de Garp dont je garde un souvenir ému, et j’avais envie de lire autre chose de lui. J’ai commandé d’occasion plusieurs de ses romans, et parmi eux, celui-ci.

La thématique est difficile- la naissance pour l’abandon, l’avortement, la moral dans les années 30-50- mais John Irving l’aborde avec la sensibilité qui lui est propre. Nul jugement dans ce qu’il l’écrit, à l’image de Wilbur Larch qui dirige l’orphelinat et œuvre aussi bien pour Dieu que pour le Diable, mais beaucoup d’amour… L’amour qu’il porte à ses personnages est palpable, et sous le talent de sa plume, je les ai aimés moi aussi.

Parce que même si cette histoire parle d’abandons, d’avortements, de silences, c’est avant tout une ode à la famille, à celle que l’on se construit au fil du temps et pas celle qui partage votre sang, à celle qui vous aime, et qui est prête à tous les sacrifices pour vous. 

John Irving s’attarde sur le destin de personnages très attachants, Wilbur et son orphelinat, Homer, orphelin qui ne voudra pas être adopté parce que l’orphelinat est sa famille, Edna et Angela, les infirmières, seule source d’amour pour ces enfants, Melony, jeune femme brutale, perdue mais ô combien émouvante…

Il nous dépeint une fresque émouvante, un récit initiatique où nos choix nous construisent mais nous détruisent aussi, où l’on se perd, et où l’on se retrouve…

Véritable comédie dramatique (certaines scènes sont à mourir de rire), j’ai ri, j’ai pleuré, j’ai vécu en lisant ce roman.  Et maintenant, j’ai encore du mal à respirer…

22 commentaires:

  1. Je l'ai lu il y a bien longtemps et certaines scènes me sont restées en mémoire. Un des meilleurs romans de John Irving; un auteur qui a son monde à lui, ses thèmes récurrents, un auteur à lire et relire.
    Belle chronique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime vraiment beaucoup cet auteur. Il a un univers un univers à part je trouve...

      Supprimer
  2. Cela fait un moment que je me dis que je dois lire ce roman et ton avis me donne bien envie de me lancer. Je crois que la prochaine que je passerai chez mon libraire ce sera la bonne...

    RépondreSupprimer
  3. J ' ai toujours du mal a lire ce genre de roman car c 'est un sujet hypersensible pour moi ... plus le séjour en orphelinat est long plus et plus c'est difficile pour eux de se construire par la suite , l ' attachement est primordial dans les premiers mois et premièrees années de la vie de l'enfant , et la j ' imagine meme pas les séquelles que ca va entraîner pour plutard ...

    Superbe chronique une fois de plus :)
    Je te conseil le film "va vis est deviens " qui prends aux tripes qui parle du sujet de l ' adoption

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je note le film!
      cCest un sujet vraiment difficile, mais Irving le traite avec une infinie sensibilité et tendresse.

      Supprimer
  4. wahou quel billet !! je veux absolument découvrir ce livre

    RépondreSupprimer
  5. eh ben c'est rare d'arriver à passer par autant d'états en lisant un livre. Ca semble etre vraiment bien fait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement cela, tout est bien fait, de la plume à l'histoire...

      Supprimer
  6. J'ai également lu seulement Le Monde de Garp, dont je garde un bon souvenir bien que vague. Il faudra que je découvre davantage cet auteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais continuer également avec l'auteur, pour l'instant c'est un sans faute!

      Supprimer
    2. Ca m'encourage beaucoup à m'y remettre alors ;) !

      Supprimer
    3. On pourrait se faire une lecture commune si tu veux (même i ce n'est pas tout de suite), ça pourrait être rigolo

      Supprimer
  7. http://livre.fnac.com/a1640469/Radu-Mihaileanu-Va-vis-et-deviens

    En cherchant bien j ' ai trouver , il existe en roman ^^

    Le film est bouleversant

    Bonne lecture ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je file jeter un coup d’œil! Merci!!

      Supprimer
  8. Rarement lu cet auteur mais visiblement ce roman a l'air intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très touchant. Et la langue est magistrale!

      Supprimer
  9. Il me le faut. Il me le faut ! Ta chronique m'a totalement convaincue :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un très beau livre...

      Supprimer
  10. J'ai lu récemment une prière pour Owen et comme toi je pense que ce livre me laissera à jamais un souvenir émouvant. John Irving est un auteur qui marque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu celui-ci, je note. J'aime vraiment beaucoup l'auteur...

      Supprimer