dimanche 20 avril 2014

Indécise, S.C. Stephens

Depuis près de deux ans, Kiera a une relation amoureuse paisible avec Denny, garçon tendre, beau et dévoué. Une vie de couple parfaite s’annonce. Mais rien n’est jamais si simple en amour...

Lorsque Denny obtient le job de ses rêves, Kiera le suit à l’autre bout du pays et poursuit ses études. Ils sont alors en colocation avec Kellan, star locale de rock et incorrigible tombeur. Kiera, serveuse au Pete’s, bar dans lequel le groupe joue, est troublée par ses regards appuyés, au point que son petit ami lui semble bien fade. Denny, garçon studieux et stable, ne manque pourtant pas de qualités. Mais il doit partir deux mois pour son travail et c’est alors Kellan qui console Kiera. En ami… Une amitié qui aide la jeune femme à supporter la solitude. Mais en une nuit, tout va basculer et aucun des trois n’en sortira indemne. 

Comme beaucoup de monde, je manque de temps. Cela va même plus loin, je cours constamment après ce sablier qui s'écoule, dans un combat que, malheureusement, je sais perdu d'avance. La vie est là, bien réelle pour tous, le travail ou les études, le mari ou le petit-ami, les amis, les courses, ce quotidien chronophage, qui, même si on l'adore, même si on ne l'échangerait pour rien au monde, empêche parfois de nous immerger complètement dans un ouvrage, et de s'y perdre des journées entières.

Pour moi, cela peut être frustrant, très frustrant même quand je suis prisonnière des pages d'un livre, lorsque mon cerveau oscille entre monde réel et imaginaire, lorsque je sens qu'il se déconnecte pour s'ébattre dans cette bulle de fiction.

La raison est là, quoique vacillante parfois -ce qui me faire éteindre la lumière bien plus tard que je ne le devrais- mais là quand même. Alors je vole des moments de lectures. Au petit-déjeuner, en me brossant les dents, en restant aux toilettes (à ne pas confondre avec le livre-toilettes, entreposé-là parce qu'il m'a fait sombrer dans l'ennui...) pendant plus de 15 minutes (oui, oui...) et en criant à Doux-Chéri qui m'appelle « je suis aux toilettes ! », l'excuse suprême, celle qui me laisse du temps, juste un peu de temps,  pour retrouver mes personnages.

Comme je l'ai déjà dit, pas de genre particulier, juste un ressenti, une réception d'émotions qui se fait ou pas. Mémé de Philippe Torreton a été un livre de moments-volés. Indécise, qui n'entre pourtant pas la même catégorie, en a été un aussi, mais beaucoup plus retors, parce qu'il est épais... et qu’il m'en a fallu des moments-volés pendant ces deux jours pour en voir le bout.

On est pourtant de prime abord en plein cœur de l'océan des clichés : la jeune femme ordinaire, et le chanteur de rock... Mais comme on dit, c'est dans les vieilles marmites qu'on fait la meilleure soupe. Pas besoin d'être original pour que cela soit bon. L'auteure a bien su doser ses ingrédients pour nous livrer un produit savoureux, et nous plonge avec habilité dans l'exploration de l'humain, et de ses sentiments les plus inavouables.

J'ai détesté Kiera. J'ai détesté ce personnage qui ment, qui se ment, qui manipule, qui trompe... Mais je l'ai adorée, parce que personne ne peut dire «Fontaine je ne boirai pas de ton eau », et que finalement Kiera, c'est ce que nous pourrions tous être si une rencontre bouleversait notre vie. Qui peut prétendre qu'il serait droit ? Qui peut prétendre qu'il serait honnête alors que ses sentiments sont bouleversés ?

J'ai plaint Denny et Kellan... Mais je les ai aimés aussi, pour leurs faiblesses, pour leur patience (avec évidemment une nette préférence pour Kellan!), pour leur pardon, parce que c'est ce qui définit l'amour.

C'était osé de la part de l'auteure que d'explorer cette facette de l'humain, peu conventionnel aussi dans une histoire d'amour, mais la vie est ainsi, et même si la fin était prévisible, les pages ont défilé à la vitesse d'un TGV, et j'ai frémi, une nuée de colibris s'est éveillée dans mon ventre et a dansé sur un rythme endiablé, j'ai détesté aussi, et j'ai adoré détester...

Et la dernière page tournée, j'aurais voulu avoir d'autres moments-volés.


8 commentaires:

  1. c'est vrai que trouver le temps est quelque chose de très difficile qui que l'on soit... Mais on arrive de temps en temps à pouvoir se plonger dans un roman avec plaisir. Je crois que j'ai vu passer le roman, mais je ne suis pas vraiment sure que ça soit pour moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les lecteurs ont en commun ces moments-volés je crois... Cette envie de se retrouver en tête à tête avec un ouvrage qui nous a happés... J'aime beaucoup cette sensation!

      Supprimer
  2. Il a l'air vraiment très bien, je note !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai aussi beaucoup aimé ce roman .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiii! Un chouette moment de lecture!!

      Supprimer
  4. Ta chronique est superbe, vraiment..Il y a pas d'autres mots, tu me rappelles ce que j'ai ressenti durant cette lecture...merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Cela me touche énormément... Un flot d'émotions dans ce roman...J'ai adoré!

      Supprimer