dimanche 22 juin 2014

London Road, (Dublin street, Tome 2), Samantha Young



Entre un père absent et une mère alcoolique, Johanna Walker,vingt-quatre ans, a toujours agi dans l’intérêt de son petit frère Cole. Pour lui assurer un avenir confortable, elle va même jusqu’à choisir ses partenaires selon l’épaisseur de leur portefeuille… Mais avec Cameron MacCabe, ce fragile équilibre vole soudain en éclats. Si son nouveau collègue du Club 39 ne répond en rien à ses « critères de sélection », se montrant même particulièrement mesquin avec elle, son regard ténébreux laisse pourtant entrevoir la promesse d’une passion interdite et tumultueuse. Aussi, lorsque Cameron emménage dans son immeuble, Jo est tentée, pour la toute première fois, de faire passer ses propres désirs en priorité…

Hier soir, je suis tombée sur un taxi qui m’était familier. Celui-là même qui m’avait emmenée, il y a un an, à Dublin Street. Alors qu’il s’arrêtait à ma hauteur, je me suis laissée tenter. Ce n’était pourtant pas un quartier que j’avais envie de visiter tout de suite. J’avais plus envie de dépaysement total, avec une saga qui m’aurait emmenée vers la Nouvelle Zélande par exemple, mais comme il était là, à portée de main, j’ai ouvert la porte pour m’engouffrer dedans. J’avais adoré ma visite de Dublin Street.

Le décor qui a commencé à défiler à travers la vitre n’a pas eu grand-chose à voir dans un premier temps avec celui du tome 1. L’opulence de ce dernier a fait place à l’austérité, mais j’y ai croisé des personnages familiers que j’avais adorés : Joss et Braden, ellie et Adam, la famille de Braden, insufflant au roman dès les premières pages un vent de retrouvailles très agréables.

Jo n’habite pas du tout dans les beaux quartiers, et sa vie est loin d’avoir l'insouciance que nous laissait supposer le tome 1. Clairement, c’est le type de femme que nous détestons tous (et toutes surtout!) et que nous avons tous du mal à respecter.  Belle à se damner, elle a davantage l’air de l'escort régulière d’un compte-en-banque-bien-garni à pattes que d’une femme décente. Femme intéressée, elle ne semble ne choisir ses relations qu'en fonction de l'épaisseur du portefeuille. Mais comme d’habitude, les apparences sont trompeuses, et sous ses airs de blonde aguichante et sans cervelle, se cache une jeune femme intelligente mais brisée, qui pense que son seul atout dans la vie pour subvenir aux besoins de sa famille est son physique.

Samantha Young a un faible pour les personnages écorchés, elle y excelle d’ailleurs. Jo, horripilante dans le premier tome, devient une jeune femme touchante dans celui-ci, quelqu’un qu’on a envie de protéger comme le font Joss et Cam. Inutile de vous dire d’ailleurs que Cam n’a rien à envier à Braden. Cela va même plus loin, toutes celles qui ont trouvé Braden trop directif devraient tomber amoureuses de Cam… Je n’en dis pas plus, mais Cam fait partie de ses personnages masculins qui laissent des traces dans nos petits cœurs fragiles de lectrices-midinettes.

Cette visite nocturne du quartier n’a pas été de tout repos. Pourtant protégé par les vitres du taxi, mon petit cœur a sursauté, frémi, pleuré devant des recours que certains jugeront trop faciles mais qui sont toujours aussi efficaces pour moi quand ils sont bien menés.

Ma visite s’est d’ailleurs prolongée jusqu’à tard dans la nuit, 3 h du matin pour être exacte, et si mon cerveau me crie ce matin que je ne suis plus une petite jeunette pouvant se permettre ces nuits de folies, mon cœur est satisfait. Qu’elle était bien cette visite de London Road

8 commentaires:

  1. J'avoue que j'ai un peu laissé tout ce qui est érotique de coté du coup je ne me suis pas trop attardée sur cette série.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais ce n'est pas que de la littérature érotique, loin de là. Je ne la classerais même pas dans ce genre à vrai dire. on est dans de la romance contemporaine surtout, et très, très bien faite!
      Tu devrais essayer, je suis prête à parier que Dublin Street te séduira!

      Supprimer
  2. J'ai aimé le premier tome et j'étais même très surprise car tout le monde semblait dire que ce n'était que de l'érotisme et pourtant je n'ai pas trouvé, je trouve plus qu'il s'agit d'une romance contemporaine bien qu'il y ait des scènes de sexe...Je vais lire ce second tome, j'ai hâte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec toi. En fait, depuis les "50 nuances de Grey", j'ai l'impression qu'on a tendance à cataloguer un roman comme roman érotique dès qu'il y a un peu de sexe, mais c'est très réducteur. Dans Dublin Street, il y a une vraie trame, qui tend plus vers la romance contemporaine que vers l'érotisme pur et dur.

      Supprimer
  3. J'ai adoré ce livre... C'est une belle histoire d'amour, bien écrite. Mais j'ai quand même une préférence pour le premier tome Dublin Street. J'espère qu'elle va sortir un autre livre rapidement...

    Ps: http://lapromesseadict.canalblog.com/ ( C'est le blog d'une personne qui a écrit un livre et elle le soumet au internautes afin d'avoir leur avis. Il n'y a que les deux premiers chapitres, mais l'histoire à l'air sympa. En attendant la sorti de mes livres, je risque de patienter avec ce blog! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toi, j'ai une légère préférence pour Dublin Street... Mais ça a été une lecture très agréable malgré tout!

      Je vais aller voir ton lien!

      Supprimer