dimanche 3 août 2014

Insatiable, S.C. Stephens

Kiera a enfin fait son choix et a quitté Denny. Kellan et elle forment désormais un véritable couple, mais leur vie ne sera pas pour autant un long fleuve tranquille. Car l'histoire se répète : en effet, alors que Kiera et Kellan s'étaient rapprochés à l'occasion de l'absence de Denny, c'est maintenant au tour de Kellan de laisser seule la fragile Kiera. Son groupe a décroché une tournée et le très sexy chanteur des D-Bags doit donc s'absenter. Kiera devra tirer les enseignements de ses erreurs passées et prendre de l'assurance ; Kellan, lui, devra apprendre à se confier ; bref le jeune couple devra se faire confiance. Et leur relation étant née dans la trahison, cela ne s'annonce pas facile ! Y parviendront-ils ? Un parcours vers l'âge adulte plein de sensibilité, de sensualité et non dénué d’humour.
Avertissement: « Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite ».

Pour mémo: Episode 1 , Episode 2


------------------------------------------------------

Les rues défilent à travers les vitres du taxi qui me conduit vers ma rédemption. Il s’arrête devant un bâtiment dont la façade a dû être refaite récemment. Le ciel est déjà bas ce soir, mais je distingue nettement la librairie qui se dresse à ses côtés. Les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-terre-du-ciel-et-de-la-mer ont un drôle d'humour. Le diable qui fraye avec les anges. J’ouvre la porte et attends patiemment que le chauffeur me rende ma monnaie, l’équivalent du prix d’un livre, ce n’est pas rien.
Je pousse la porte en bois massif qui donne sur un long couloir où trône une galerie de portraits brandissant fièrement un insigne, celui de l’Abstinence Livresque. Ils l’ont fait, ils s’en sont sortis. Moi aussi je peux, il suffit que je m’en convainque. Moi aussi j’aurai mon portrait et mon insigne, et je serai là, au milieu de tous ces héros.
J’arrive dans une salle de taille moyenne, au centre de laquelle sont disposées des chaises en cercle. La lumière semble avoir été placée là uniquement pour illuminer cette ronde, pâle imitation d’un jeu télévisé. Par acquis de conscience, je balaie la pièce du regard pour repérer les caméras de télévisions. Connaissant les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-terre-du-ciel-et-de-la-mer, cela ne serait pas vraiment étonnant.
Un raclement de gorge me sort de ma méditation. Une femme rousse au physique d’hôtesse d’accueil avec son tailleur bleu cintré et ses cheveux tirés en arrière me lance un sourire qui se veut bienveillant mais dans lequel je sens poindre une once d’irritation. Je me garde de faire le moindre commentaire. J’ai un peu de retard, et j’ai horreur d’être en retard. On attire obligatoirement tous les regards. J’aurais dû partir plus tôt.
Mes mains sont moites, et j’essaie de les essuyer discrètement sur la petite jupe plissée  ridicule que j’ai mise pour donner une bonne image. Cela ne sert à rien. J’espère que personne n’aura la bonne idée de me serrer la main. « La-fille-en-retard-et-aux-mains-moites », il y a mieux pour marquer les esprits.
Je gagne la chaise vide presque sur la pointe des pieds, évitant du mieux que je le peux de faire claquer mes talons sur le carrelage. Je dois avoir la démarche d’un canard. J’aurais bien aimé pouvoir me métamorphoser en souris, là, maintenant, tout de suite pour m’engouffrer dans un trou. Mais je suis sûre que Les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-terre-du-ciel-et-de-la-mer ont bouché tous les trous dans le mur. Il n’y a pas d’issue possible, ils ont pensé à tout.
La dame-hôtesse-d’accueil me fait un grand sourire. Elle devrait songer à se reconvertir et à tourner des pub pour le dentifrice. Je n’aime pas son sourire. Pas assez vrai.
- Bienvenue Livre-vie.
Bon ben c’est raté pour l’anonymat.
Le badge qui orne mon chemisier blanc me rappelle combien il était illusoire de croire que j’allais pouvoir m’assoir, écouter sagement, acquiescer en affichant un air concentré, et repartir. Non, les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-terre-du-ciel-et-de-la-mer sont bien trop retors pour ça, et je suis une récidiviste.
- Bon, nous allons pouvoir commencer, poursuit-elle. 
Son ton est plus sec qu’aimable, comme si le naturel revenait au galop. Je l’imagine un instant avec un uniforme de l’armée. Je contiens mon sourire, il aurait été malvenu.
Elle fait un signe de tête à ma voisine, le spectacle peut commencer.
- Bonjour, je m’appelle Melliane, je suis livres-addict.
- Bonjour, je m’appelle Johanne, je suis livres-addict.
- Bonjour, je m’appelle Chat du Cheshire, je suis livres-addict.
C’est à mon tour. Tous les visages sont tournés vers moi, plein d’espoir. J’ai la voix qui tremble.
- Bonjour, je m’appelle livre-vie… 
Je marque une pause, ces fichus mots refusent de sortir. Je tente de m’éclaircir la voix en me raclant la gorge. Peine perdue. Je serre les poings sous le coup de la frustration, cela avait l’air tellement facile pour les autres. Heureusement que je me ronge les ongles, sinon j’aurais les paumes en sang.
Des gouttes de sueur naissent sur mon front. Je ferme les yeux très fort, peut-être qu’en les ouvrant, je me serai transportée ailleurs. Je les ouvre. Je suis toujours là sur ce siège trop dur. Il n’y a que dans les livres que ça fonctionne. J’adresse un petit sourire à la Dame rousse, les petits sourires sont la clé normalement pour esquiver. Elle attend patiemment sans se départir de son sourire qui me menace silencieusement. « Nous avons les moyens de vous faire parler ». Je pousse un long soupir et je sens mes épaules s’affaisser.
- Je suis livres-addict.
Ça y est, l’air entre de nouveau dans mes poumons. Bon, je dois dire que je suis un peu déçue, je m’attendais au moins à une « ola » de félicitations, mais non… rien…
- L’acceptation est le premier pas vers la guérison.
D’accord, mais quand même… Une petite banderole avec « Bravo !! » écrit dessus n’aurait pas été de refus.
- Parle-nous de ta dernière rechute.
J’envisage un instant de me cacher sous mon siège mais tous ces yeux braqués sur moi me dissuadent d’esquisser le moindre geste. A la place, je me tords les mains dans un ballet frénétique. Je n’aime pas parler de mes pêchés inavouables, ils ne sont pas inavouables pour rien.
D’une voix balbutiante, je commence. Plus vite j’aurai parlé, plus vite je serai dehors. La résistance ne sert à rien, la Dame-Générale-en-chef n’est pas une rigolote derrière ses faux airs d’hôtesse d’accueil.
- C’était Insatiable de S.C. Stephens, et c’était bien, vraiment bien.
Grand soupir de Johanne à côté de moi.
- Oh oui, c’était bien.
- Johanne, la réprimande la Dame-Rousse-Générale-en-chef tandis qu’elle replace dans son chignon une mèche qui s’était échappée.
Johanne baisse la tête, mais j’ai bien vu son petit sourire en coin, on fait partie de la même équipe.
- Le premier tome était déjà sympa, mais Kiera était un peu tête à claques, et le triangle amoureux était à la limite du politiquement correct. Mais dans le tome 2, a relation de Kiera et Kellan est sérieuse. - je laisse mes yeux naviguer sur les vagues du rêve -, et ils doivent apprendre à se faire confiance. Et c’est difficile quand on a leur passé et leur futur proche, vraiment difficile.
Je me carre dans ma chaise du mieux que je peux. Elle n’est vraiment pas confortable. Si je reviens, il faudra que je pense à apporter un coussin, je vais avoir des bleus aux fesses moi.
- Mais le couple évolue, Kiera évolue, elle a grandi, et elle assume ses choix. Ils ont toujours leurs démons intérieurs, mais ils s’aiment.
Avec la manche de mon chemisier j’essuie la sueur qui commence à dévaler l’arête de mon nez. Des colibris font frémir mon petit cœur dans le tumulte d’émotions que me renvoie cette simple évocation.
- Et l’auteur est très douée pour transmettre les différents stades de tensions – amour, colère, sexe - … Ahh, la scène de la salle de bain… et celle du bus… et la toute dernière…
Je me prends la tête entre les mains, et appuie mes coudes sur mes genoux.
- Et le tome 3 ne sort qu’en septembre…
Johanne me met la main sur l’épaule dans un geste qui se veut réconfortant. 
- T’inquiète, il y en a d’autres du même genre.
La Générale-en-chef nous foudroie du regard. C’est à son tour de pousser un long soupir.
- Nous avons beaucoup travail à faire pour que vous puissiez mériter vos insignes. Les dieux ne vont pas être contents du tout…  



13 commentaires:

  1. Je t'adore et j'adore tes avis. Je pense que tu es l'une des seules qui me fait rire à chaque fois. Mais je suis contente que tu fasses partie du groupe du coup lol mais bon je le savais depuis un moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Melliane, c'est un beau compliment! Mais je t'aime beaucoup aussi, c'est pour ça que tu fais partie de l'Addict Team!! Ben oui, livres-addict, et en plus de livres interdits...On est mal barrées!! (Mais tu verras, nos aventures ne sont pas terminées...)

      Supprimer
    2. lol oui, je suis sure qu'elles ne le sont pas et je suis curieuse de les lire dans ta prochaine chronique!

      Supprimer
  2. Vu comme j'ai pas aimé le premier tome, je ne vais pas me lancer dans la suite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai pensé à toi en faisant cette chronique. Evidemment évite ce tome 2, même si Kiera est vraiment moins énervante...

      Supprimer
  3. Ah oui! Et de la très bonne même! (voir mon commentaire précédent)
    Moi aussi j'en veuuuuuuuuuuuuuuuuuuuux! ;)

    RépondreSupprimer
  4. Ah ah, comment j'adore la façon dont tu as présenté ton article ! J'adore, très intéressant :D !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup! Et tu verras, nos aventures ne sont pas terminées!

      Supprimer
  5. Mdr!!! J'adore cette chronique, je suis ravie de faire partie de ce groupe et je te soutiens à 100%! Merci de me faire sourire à chacune de tes chroniques ;).

    RépondreSupprimer
  6. Oui, oui, Johanne, tu y es dans ce groupe, et jusqu'au cou! lil

    RépondreSupprimer
  7. J'ai adoré :) c'est comme dans l'accro du shopping difficile de ne pas faire de rechutes mas bon quoi de mieux que la lecture (*--*) Ceux-là je voulais les emprunter car je ne suis pas sûre d'aimer mais ils les ont pas à la biblio :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut passer le cap du premier je pense, qui peux déranger un peu. Moi j'ai adoré, mais le 2 est encore mieux. Et le 3....

      Supprimer