dimanche 4 janvier 2015

Endless, tome 1 « Love », Cecilia Tan

Karina est serveuse dans un bar de New York. Elle tombe sous le charme de James, un client mystérieux et dominateur. Ce qui commence comme un jeu érotique évolue bientôt en un jeu de pouvoir où James révèle le côté sauvage de Karina et brouille la ligne entre le plaisir et la souffrance. Et c'est Karina qui réclame toujours plus, dépassant ses propres limites, pour prouver la force de son amour à l'homme à qui elle s'offre.

Jusqu'où serai-t-ton prêt à aller par amour ? Que serait-on prêt à faire ? Jusqu'à quel point peut-on se dépasser par amour ? La confiance peut-elle être aveugle ? Voici quelques uns des fils conducteurs du roman Endless de Cecila Tan. Des clichés me direz-vous ? Peut-être, mais tant que l'alchimie se fait...
Cela faisait très longtemps que je n'avais pas lu de romance érotique. J'avais aimé les 50 Nuances et la saga Crossfire, mais ensuite, mes lectures avaient été synonymes de déceptions. Des personnages souvent creux, un langage trop cru. Du sexe pour du sexe, avec une pointe de BDSM parfois, sans trop savoir pourquoi...
Ce premier tome d'Endless a été une vraie bonne surprise. Evidemment, le schéma est classique, la jeune femme, Karina et James, l'homme mystérieux, dont elle ne connait pas la véritable identité. Tout commence par un jeu, pour finir par quelque chose de plus vrai.
Karina est un personnage bien mené, travaillé, avec un sens de l'humour que l'on attend pas dans ce type de roman. Tout comme les conversations de filles avec son amie Becky qui sont parfois hilarantes. Et James, ahh, notre torturé au cœur tendre. Son mystère est tel qu'il m'a tenue en haleine pendant tout le récit. Il résiste comme il peut à la tornade Karina, même si son coeur flanche...
Cerise sur le gâteau, Cecilia Tarn a une plume, très agréable et qui évite les écueils de la vulgarité. Je suis une petite chose fragile que voulez-vous, une prude des mots.
Résultat des courses : je lirai le tome 2 dès sa sortie... Parce que même si le BDSM est présent, même si le sexe se taille la part du lion parfois, j'ai retrouvé dans cette série, ce petit truc que j'avais eu pour CrossFire. James pourrait même être un rival pour Gidéon...

Merci beaucoup, beaucoup à Marie Decrême et aux éditions Hugo Roman pour cette découverte!

7 commentaires:

  1. Je e connaissais pas le terme BDSM.... Je viens de regarder sur google... Merci! Grâce à toi, j'ai appris quelque chose!
    Par contre je ne pense pas lire ce genre de livre, mais pourquoi pas un jour....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est particulier, mais en fait, si l'auteur a un style agréable, ça se lit bien. Et puis il n'y a pas que cela dedans, loin de là!

      Supprimer
  2. Réponses
    1. C'est un genre spécial, c'est vrai. Ça ne plait pas à tout le monde...

      Supprimer
  3. Particulier, mais visiblement l'auteur a su mettre un petit truc en plus donc pourquoi pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Particulier oui... Mais sympa malgré tout.

      Supprimer
  4. Je ne sais pas si je le lirai un jour.....

    RépondreSupprimer