vendredi 30 septembre 2016

Aux petits mots les grands remèdes, Michael Uras

Alex, notre héros passionné par les livres, a choisi d’exercer le métier peu commun de bibliothérapeute. Sa mission : soigner les maux de ses patients en leur prescrivant des lectures. Yann, l’adolescent fragile qui s’est fermé au monde ; le cynique Robert, étouffé par son travail et qui ne sait plus comment parler à sa femme ; Anthony, la star de football refusant de s’avouer certaines de ses passions... Tous consultent Alex. Mais qui donnera des conseils au bibliothérapeute lui-même?
La clé du bonheur se trouve-t-elle vraiment entre les lignes de ses livres chéris ?

J'aime offrir des livres, ils sont pour moi un excellent moyen pour exprimer ce que ma timidité, ma pudeur, ma maladresse m'empêchent souvent de dire avec des mots. Il y a toujours un ouvrage qui correspond à une situation, un ouvrage qui parlera, j'espère, à celui qui le reçoit et lui apportera ce dont il a besoin à un moment donné. J'appartiens à cette catégorie de gens un peu loufoques qui pensent que les livres ont une voix, qu'ils parlent. Je suis sensible à leurs mots, à leur message. Alors la bibliothérapie ? Pourquoi pas...

Alex est né au milieu des livres, il vit parmi eux, avec eux. Même son prénom n'est pas le fruit du hasard, Alexandre Dumas, ça vous dit quelque chose ? Merci maman... Merci cette femme froide et peu maternelle qui a fait des livres son quotidien, en oubliant une chose essentielle : la vie.

Malgré ce qu'il a vécu avec sa mère, Alex est convaincu qu'ils  n'excluent pas de la vie, qu'ils peuvent guider le lecteur quand les doutes, les interrogations jalonnent ses pas. Ils ont un rôle à jouer, peuvent être une sorte de phare dans la nuit. Le métier de bibliothérapeute s'est donc tout naturellement imposé à lui.

Le récit s'attarde sur sa relation avec ses clients, de leur rencontre à leurs lectures qui sont autant de pistes qui sauront dialoguer avec eux. Yann, l'ado brisé qu'un accident de voiture a privé de sa voix et qui vit reclus, surprotégé par sa mère, Anthony, la célébrité qui fixe les entretiens, Chapman qui a oublié comment vivre, pris dans la frénésie de son travail, tous sont autant de portraits différents qui croisent sa route. Et enfin, il y a, lui, Alex, qui vient d'être abandonné par Mélanie, la femme de sa vie. On découvre ses interrogations, ses doutes, ses difficultés, ses peurs et failles aussi. Parce qu'on ne peut se cacher éternellement derrière les livres, il faut parfois accepter de sauter à pieds joints dans la vie, même si l'atterrissage est incertain.

Le récit est ponctué d'allusions à des ouvrages intemporels qui apportent des réponses au détour d'une question, des fragments de textes s'y insèrent discrètement, comme une évidence. Les mots écrits par d'autres envahissent le récit d'Alex, et ce qui était valable pour le client le devient aussi pour lui, pour nous peut-être. Le rythme est lent, trop lent parfois, mais j'ai vraiment passé un agréable moment de lecture. Les personnages sont assez surprenants dans leur construction qui se fait par petites touches et j'ai redécouvert certains classiques, ayant même très envie de sortir l'Attrape-coeurs de ma PAL. Un bémol toutefois, pourquoi ne plonger que dans les classiques ? La littérature est riche de tous les livres, et je crois que le bien-être peut venir parfois de genres plus décriés pour ne pas dire méprisés. Dommage qu'ils aient ainsi été oubliés...


14 commentaires:

  1. J'avais hésitée à demander celui-ci sur Netgalley, il me tente bien maintenant !

    RépondreSupprimer
  2. Très joli avis. J'avais vu passer le roman mais je ne l'ai pas finalement pas pris après avoir hésité

    RépondreSupprimer
  3. Je ne suis pas sûre de me laisser tenter par ce livre malgré ta chronique. Mais merci pour la découverte quand même :)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu beaucoup d'avis sur ce roman un peu partout, des avis mitigés, soit très enthousiastes ou le contraire.
    Comme toi j’adore offrir des livres, prendre le temps de choisir le bon roman pour la bonne personne et au bon moment. Les livres ont une voix, ça j’y crois aussi!
    Dommage en effet d’en être resté aux classiques...
    Bises et bonne semaine Céline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les livres ont une vraie voix, ils permettent parfois de transmettre ce qu'on ne peut pas dire!

      Supprimer
  5. Entièrement d'accord avec toi, "le bien-être peut venir parfois de genres plus décriés pour ne pas dire méprisés" !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que je suis d'accord avec cette citation!

      Supprimer
  6. Un livre est un merveilleux cadeau, au pouvoir incommensurable !
    Cela me fait penser qu'aujourd'hui j'ai découvert une citation magnifique de Franz Kafka : " Un livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous.". Je te l'offre, tiens ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour cette citation! Elle est superbe!

      Supprimer
  7. Super intéressant comme concept : bibliothérapeute. ça m'intrigue énormément et en effet pourquoi les livres n'auraient pas un effet thérapeutique ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, c'est un vrai métier maintenant. J'ai découvert cela il y a peu!

      Supprimer