mercredi 4 janvier 2017

Je suis là, Clélie Avit

« Ça fait vingt semaines que je suis seule, seulement six que je m’en rends compte. Et pourtant, j’ai l’impression que ça fait une éternité. Ça passerait peut-être plus vite si je dormais plus souvent. Enfin, si mon esprit se déconnectait. Mais je n’aime pas dormir. »
À la suite d’un accident d’escalade en montagne, Elsa est plongée dans le coma. Tandis que l’espoir de son réveil s’amenuise de jour en jour, que ses proches et les médecins commencent à baisser les bras, un jeune homme, Thibault, pénètre par erreur dans sa chambre. Traumatisé par le sort de son frère, qui a renversé deux jeunes filles en voiture, Thibault décide de se confier à Elsa et noue une relation avec elle, malgré son mutisme. Est-il à ce point désespéré de lui-même ? Ou a-t-il décelé chez elle ce que plus personne ne voit ?

Il y a des livres qui sont des petits miracles... On le sort de la bibliothèque parce qu'on ne sait pas vraiment dans quel genre on a envie de plonger : pas une romance, pas un thriller, pas de roman humoristique ou trop léger, pas de... Indécision livresque. Alors on prend celui-là, parce qu'il nous le crie, « Je suis là ».

Il est là.

Et l'on commence à lire, tremblante, parce que du récit dépendra notre état pendant la lecture. Ce qui peut paraître une évidence, une lapalissade, revêt une importance aigüe à certains moments. Le sujet est grave, très grave, et trop de mélodrame m'aurait fait ajourner cette lecture.

Elsa est plongée dans le coma et les médecins sont très pessimistes, son cerveau ne montre aucune réaction, ses délais sont courts avant que le corps médical ne décide de se prononcer.

Thibaut se sent obligé d'accompagner sa mère à l'hôpital. Elle rend visite à son autre fils qui a renversé deux adolescents après une soirée trop arrosée mais lui, refuse de le voir. Comment pardonner l'impardonnable, comment pardonner cette insouciance qui a couté la vie à deux personnes innocentes ? En proie à ses doutes, il pousse la porte d'une chambre pour se soustraire aux regards des siens, et rencontre Elsa.

Enfin, « rencontre » est un bien grand mot. Elsa ne réagit pas, son corps est là, immobile, maintenu par des machines. Dans cette chambre froide, Thibaut trouvera le refuge qu'il recherchait sans le savoir, et Elsa, prisonnière de son corps, y trouvera son salut.

Rencontre miracle, miracle de l'amour... Ce qui peut sembler niais, incongru même, m'a paru beau.

Les questions posées ne sont pas anodines : Que ressent-on quand on est dans le coma ? Comment la famille vit cette situation ? Quid du corps médical aussi insensible qu'humain ? Et que reste-t-il quand la mort est programmée, quand on va débrancher ce corps qui ne semble vivre que grâce aux machines ?

L'écriture est simple mais efficace face à la gravité du sujet. Je crois qu'une plume trop alambiquée m'aurait éloignée de ce récit qui à aucun moment ne tombe dans le larmoyant.

Et miracle, j'ai aimé cette lecture qui avait tout pour m'effrayer... J'ai savouré ces mots, chaque respiration d'Elsa, chaque question de Thibaut, je les ai savourés parce que dans cette course contre la montre, l'espoir est la rambarde à laquelle se raccrocher...


Pour cette nouvelle année, je reprendrai les mots de Jacques Brel que j'ai relus récemment et qui m'ont émue :

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.

Je les complèterai par ceux là:

Je vous souhaite d'aimer et d'être aimé, de lutter parce qu'au bout de chaque tunnel il y a une lumière, si petite soit-elle, et je vous souhaite enfin de vivre. Parce que la clé du bonheur est là.

Et évidemment, je nous souhaite des lectures plus passionnantes les unes que les autres, même si mon banquier va faire la tête !

Bonne année à tous et à toutes !


25 commentaires:

  1. J'avais beaucoup aimé aussi!
    Très belle année à toi!

    RépondreSupprimer
  2. Celine
    Bonjour et meilleurs voeux pour 2017
    La lecture de ton article donne envie de se plonger dans cette histoire ...je note le titre pour ma prochaine visite à la bibliothèque (si il y est)
    Je ne lis pas autant que toi mais trouve toujours des idées à noter merci pour ton partage en tout cas
    Bises virtuelles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne année 2017, beaucoup de bonheur surtout...

      Supprimer
  3. Très bonne année à toi, j'espère que 2017 t'apportera pleins de belles lectures ! (Et que les Dieux ne tiendront pas compte de la lettre de délation qu'ils ont reçus :P !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'année commence mal avec cette lettre! :)

      Supprimer
    2. Hé hé :D !
      (Tu n'a qu'à reconnaître la supériorité de mon Darcy, et les lettres s'arrêteront !)

      Supprimer
    3. De cette pâle copie de Darcy? Ah non, jamais! ;)

      Supprimer
  4. Et notre petite lumière c'est toi, car comme ce livre pour nous ; TU ES LÀ !!!
    Douce et lumineuse année à toi aussi ma douce Céline ! Continue de nous éclairer de tes mots, sensibles et ardents à la fois. Et que de flamboyantes lectures ensoleillent chaque jour de ton année 2017 :) Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes messages me touchent à chaque fois... Merci de ta présence sur mon blog et belle année 2017...

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Bonne année, beaucoup de lectures passionnantes pour 2017!

      Supprimer
  6. Je te l'annonce d'avance: Ceci est un message d'amour pour toi et rien que pour toi!
    Ta chroniques est belle. Il m'y a pas d'autres mots Céline. Je te souhaite une très jolie année 2017. Que ton banquier te fasse la gueule car tu auras découvert de jolies lectures, de jolis univers, de jolis sentiments. J'espère que cette année encore on plaidera notre cause avec chaton (le chat de cheshire) pour te faire passer dans notre camp Darcy et j'espère qu'on échangera sur les bookboyfriends parfaits, et sur des lectures. Et puis qui sait peut-être auront nous la chance de se rencontrer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton message m'a émue (enfin sauf la vile attaque sur mon Colinou!)... J'en ai la gorge nouée... Merci de nos échanges (et j'ai rallongé ma liste de Bookboyfriends idéaux, mais Cam reste indétronable!)!

      Qui sait, effectivement, peut-être que 2017 sera l'année où nous passerons du virtuel au réel!

      Supprimer
    2. MOUAHAHAH, bien envoyé Bea <3 !

      Supprimer
  7. Magnifiques ces mots de Brel. Touchée en plein cœur... <3
    Bonne année à toi Céline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, j'ai pensé à toi en les écrivant. Je me doutais que tu y serais sensible également.

      Bonne année!

      Supprimer
  8. J'ai bien envie de découvrir ce roman :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très beau texte, j'espère qu'il te plaira...

      Supprimer
  9. Je voulais le lire énormément puis ma maman l'a lu avant moi et pour te dire elle a été déçue, donc j'ai laissé tombé mais ce n'est pas bien, je tenterai!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends qu'on puisse ne pas adhérer, c'est un récit qui flirte avec les genres finalement.

      Supprimer
  10. Très belle chronique et merci pour cette belle découverte j'ai très envie de le lire! Et avec beaucoup de retard, plein de bonnes choses pour cette nouvelle année! des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me répète mais je suis vraiment contente de te revoir par ici!

      Supprimer