dimanche 22 janvier 2017

La maldición del ganador / The curse, Tome 1, Marie Rutkoski

(Parution en français chez les Editions Lumen le 16 février)

Fille du plus célèbre général d'un empire conquérant, Kestrel n'a que deux choix devant elle : s'enrôler dans l'armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n'est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la " malédiction du vainqueur " : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l'objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu'elle est loin, bien loin, d'avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l'esclave, Arin, et comprend qu'il n'est pas qui il paraît... Mais ce qu'elle soupçonne n'est qu'une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l'imagination d'une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

---------------------------------
Résumé des Chroniques de la Liste-noire-des-livres-interdits:
Une sombre menace plane sur nos livres-chéris, sur ces ouvrages qui nous transportent jusqu'à pas d'heure dans la nuit et nous font rêver encore et encore dans la journée : les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-mer-et-de-la-terre les ont déclarés « dangereux pour l'humanité », et nous somment, nous, les humbles lecteurs, de les leur livrer. Voici l'histoire de notre rébellion! 
----------------------------------
Pour se remettre dans le contexte de cet épisode, Episodes 313233                              
 ----------------------------------


– Mon Latin-Lover-endiablé ? Qu'est-ce qui se passe ?

La voix angoissée de la femme de Monsieur-mon-Médecin résonne à travers le téléphone portable qui git sur le bureau en bois massif du cabinet de son époux.

Moi aussi j'aimerais bien comprendre ce qui se passe. J'étais assise devant le bureau de Monsieur-mon-Médecin, à parler tranquillement de Highlanders qui sont, nous devons l'avouer, indispensables pour combler le gouffre de la sécurité sociale, – Le Banana-Split-à-la-framboise, alias la douce épouse de Monsieur-mon-Médecin, avait d'ailleurs l'air parfaitement d'accord avec moi, une femme de goût, hormis pour son époux et pour ses surnoms, avec ses joues rougeaudes et son ventre bedonnant, il n'a rien d'un Latin-Lover-endiablé, sauf s'il... (je secoue vivement la tête) Non, je ne veux pas le savoir... –, quand, les yeux du Río-Squelette placé juste derrière lui, le long de sa bibliothèque médicale, se sont mis à briller autant que les éclairages du Stade de France un soir de match. Sa bouche vomit désormais une masse noire informe qui s'étend et s'étend derrière le bureau.

– Mon Latin-Lover-à-la-cravache-indomptable ? Tout va bien ? Réponds-moi mon Bad-Boy-en-cuir ! crie-t-elle d'une voix tellement stridente que l'envie de suggérer à Monsieur-son-époux de lui répondre m'effleure. Je pourrais peut-être éviter de revenir le voir pour cause de tympans percés cette fois.

Mes yeux passent de la masse informe qui m'a l'air bien épais et pour l'instant semble hésiter sur la direction à suivre, à une autre masse beaucoup plus identifiable, à l'abri sous le bureau. Le postérieur de Monsieur-mon-Médecin. Il y a des choses qu'on ne devrait jamais voir au risque d'être traumatisé pour la vie. Celle-ci en fait partie.

– Mon Chérichou-Rebelle ?
Le postérieur de Chérichou lui répond en se trémoussant légèrement. Je reporte mon attention sur Río-Squelette afin de préserver ma santé mentale.

La masse informe gagne encore en épaisseur, le flot qui jaillit de sa bouche parait ne jamais pouvoir se tarir. La main de Monsieur-mon-Médecin fouille dans la poche arrière de son jean et en tire un mouchoir en tissu qu'il se plaque sur ce que je devine être sa bouche.

Je recule d'un pas.

Suis-je bête ! Mon premier réflexe a été de penser qu'il s'agissait d'une attaque de Tous-les-Dieux-des-trucs-de-la-terre-et-de-la-mer mais je suis particulièrement sage en ce moment. Pas de lectures tardives, pas de cœur qui bat tellement fort qu'il menace de faire exploser ma poitrine, pas de larmes versées, non, rien du tout. La raison incarnée. Je tâte quand même mon nez pour vérifier que je ne souffre pas du Syndrome de Pinocchio. Il est toujours de la même taille. Ouf. Je deviens un as du contrôle, la reine pour dissimuler mes émotions. Je ne suis peut-être pas douée au corps à corps, mes exploits au Salon du livre de Paris ou dans l'église le démontrent, mais je suis une stratège-née. Comme Krestel. J'analyse froidement les possibilité, je détecte les failles dans les attitudes, je lis les gens comme un livre ouvert.

L'air commence à retrouver le chemin de mes poumons, je ne m'étais pas rendu compte que je m'étais mise en apnée.

Ce ne sont pas Les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-mer-et-de-la-terre, non. C'est un simple nuage d'émanations toxiques. Rien de plus.

Minute...
Emanations toxiques ?
Mais je ne suis pas formée pour gérer des émanations toxiques moi !

Gérer une gargouille : Check. Je sais faire, je cohabite avec un spécimen pas particulièrement aimable qui a tendance à me vider tous mes pots de nutella.
Gérer le Chat-du-Cheshire et ses délires sur M. Darcy : Check. Colin Firth est indétrônable et je sais qu'au fond d'elle, elle est d'accord. Mais comme elle est fière, elle ne veut pas l'avouer. CQFD.
Gérer les élucubrations de Lupa et Bea : Check. Lupa voit des fées, des Faes ou des Oracles partout, ses lectures en sont la preuve et je fais croire à Bea qu'elle a la primeur sur Cam, le BoyFriendBook du siècle alors qu'en fait c'est moi la présidente du club.
Gérer Johanne et son cœur irrémédiablement romantique ? Facile, le mien est un peu pareil.
Gérer Roanne et ses techniques de désencombrement ? Easy, elle me fait rire parce que je serais incapable d'en faire autant.

Mais gérer un nuage toxique ?

Ça dépasse mes compétences.

Le nuage en question commence à franchir la ligne de démarcation du bureau et le séant de Monsieur-mon-Médecin se recroqueville aussitôt. Je devrais lui demander son truc, je pourrais peut-être rentrer dans un 36 comme ça.

Je me mords la lèvre inférieure pour m'obliger à me concentrer. L'heure est grave. Un nuage toxique menace le cabinet de Monsieur-mon-Médecin et il y a des victimes innocentes de l'autre côté de la porte, dans la salle d'attente.

Il ne me reste qu'une chose à faire, une seule.

Je dégaine mon téléphone et je fais défiler mes contacts. Je dois m'y reprendre à plusieurs reprises, la nervosité faisant trembler mes doigts, mais ça y est, le mot magique apparaît.

« Numérotation ».

J'espère que je vais avoir du réseau.

– Chérichou-au-fouet-insatiable ?
La voix du Réglisse-au-Banana-Split de Monsieur-mon-Médecin a encore grimpé d'une octave et je crois que mes joues viennent de prendre une couleur de tomate trop mure. Entre les petits surnoms évocateurs et le séant, c'est un peu trop pour moi. Et à force de l'entendre hurler je vais finir par avoir vraiment mal aux oreilles.

C'est sans doute un truc pour fidéliser la clientèle.

Le popotin du Chérichou-Latin-Lover-en-Cuir-Rebelle-Insatiable-au-Fouet-et-à-la-Cravache vient de disparaître et je le vois tenter de se cacher derrière le porte-manteau. Bonne idée ! Surtout que Río-Squelette a repris une apparence normale et que la masse noire vient de passer par-dessus le bureau.

J'envisage un instant de me faufiler dans l'espace laissé libre par Monsieur-mon-Médecin, mais je suis une femme qui affronte les situations. Je ne fuis pas. Jamais. Un nuage toxique, ça peut faire du dégât. J'ai le monde à défendre, du moins le cabinet !

Et c'est de la gnognotte en comparaison avec les Dieux. Dire que j'ai cru que... Je pouffe de rire. Les filles n'auront pas fini de se moquer de moi quand elles apprendront tout ça !

Je recule quand même d'un pas, on ne sait jamais.
La sonnerie retentit, une fois, deux fois. J'espère qu'elle n'est pas encore partie faire les soldes.
Trois fois.
La masse se rapproche et je fais encore un pas en arrière. J'aurais vraiment dû prendre un foulard pour me protéger le nez.
Quatre fois.
Ahhh, mais qu'est-ce qu'elle fait ?
Nouveau pas en arrière.
– Allo ? me dit une Melliane très essoufflée.
– Ah ben enfin ! Tu pourrais répondre quand on t'appelle !
Je l'entends prendre une grande inspiration au milieu de bruits qui parasitent un peu notre début de conversation.
– Je fais mon footing et je vais avoir un point de côté parce que je t'ai répondu.
Elle fait un footing ? Ça explique le bruit de fond que je n'arrivais pas à identifier. Ce sont ses foulées sur la chaussée. Mais qui fait un footing de nos jours ?
– Je fais quoi pour me protéger d'un nuage toxique ?
– Quoi ?
Les bruits de pas disparaissent. Elle vient de s'arrêter et je l'entends essayer de reprendre son souffle. Ma question n'est pourtant pas incongrue, c'est un truc utile de savoir quoi faire en cas de nuage toxique, on devrait apprendre ça à l'école.
– Comment on se protège d'un nuage toxique ? répété-je patiemment en reculant un peu plus.
Le nuage prend de l'ampleur.
– Je ne comprends pas ta question.
– La blonde des deux, c'est moi ! Et toi, tu es la scientifique, alors réponds-moi ! m'impatienté-je.
– Oh la, calme-toi, respire... Toi, tu as encore abusé du Nutella !
– Mais pas du tout !
Je ne peux pas avec Jimmy la gargouille.
– Ou alors tu t'es encore couchée tard...
Je prends une légère inspiration avant de répondre, pas trop grande pour éviter d'inhaler les vapeurs du nuage qui se rapprochent.
– Euh, en fait... euh... Mais c'est ta faute ! balbutié-je.
– Ma faute ?
– Ben oui ! Tu me conseilles cette saga et tu insistes, parce que oui, tu as insisté ! Et moi, en bonne amie que je suis, je t'écoute... Pour te faire plaisir, hein ! Pas du tout parce que ta chronique était aussi tentante qu'un gâteau au chocolat recouvert de chantilly ! On n'a pas idée de commencer une chronique par « Wow », ça devrait être interdit ça !
– Pas ma faute si cette saga est géniale !
J'entends le sourire qui étire ses lèvres et je l'imagine aisément hausser les épaules d'un air désinvolte.

Pas sa faute, pas sa faute... C'est vite dit ça...

Bon, je dois reconnaître que cette saga est géniale. Les mondes qui s'opposent, ces forces tellement humaines mais tellement inhumaines qui scindent la société en deux. Les conflits, les obligations, les choix. A vingt ans, choisir de s'engager dans l'armée ou de se marier... Et puis, il y a les personnages complexes... Derrière la froide apparence de Krestel se cache quelqu'un de profondément généreux, qui tente d'évoluer dans ce monde dans lequel elle est née comme un funambule sur une corde. Ce n'est pas une guerrière, c'est une stratège, ce n'est pas un être cruel, elle préfère libérer ses doigts sur le clavier de son piano plutôt que de les utiliser pour punir quelqu'un, même les esclaves de sa famille. Et Arin... Il rentre incontestablement dans la liste de mes personnages masculins favoris. Il a connu la liberté, il a connu l'oppression, l'esclavage et veut retrouver ce qui lui est dû : le droit de décider. Mais ses projets n'incluaient pas la rencontre avec cette jeune femme blonde qui l'émeut profondément. L'écriture de l'auteur est dynamique, mention spéciale à la traduction espagnole (oui, on ne se refait pas) particulièrement soignée, le monde créé est parfaitement plausible et d'une grande richesse.... Et l'histoire, ahhh, l'histoire... Un grand huit des émotions dans lequel la romance n'est qu'un ingrédient parmi tant d'autres.

– Je savais bien que tu n'avais pas dormi ! reprend Melliane d'un ton un brin moqueur.

Oups, j'ai parlé à voix haute. Un de ces jours il va falloir que je règle ce léger problème.

– Ça n'est pas la question. Comment je fais pour lutter contre un nuage toxique ?
– Je ne comprends vraiment rien, va faire une sieste et on se rappelle après, comme ça je peux finir mon footing.
Facile à dire !
– Et comment je fais une sieste alors qu'un gros nuage noir menace de m'engloutir ? ironisé-je.
Elle marque une pause.
– Attends, tu parles sérieusement ?
Je pousse un long soupir. Comme si j'avais l'habitude de divaguer ! Ce n'est pas du tout mon genre.
– Tu es où ?
– Chez mon médecin... Et un gros nuage noir est sorti de Río-Squelette et si ça continue, il va m'avaler. Alors je fais quoi ?

Maîtrise des émotions, maîtrise des émotions, me répété-je comme un mantra. Je suis la reine du contrôle des émotions. Moins de la vessie par contre, elle a tendance à se manifester quand je suis stressée. Et aux battements frénétiques de mon coeur contre ma cage thoracique, je peux dire sans risque de me tromper que je suis un tantinet stressée. Mais quand même moins que si c'était les Dieux. Nuage toxique, je gère. Melliane est une scientifique, ça va aller...

Le silence de Melliane s'éternise un peu, elle doit réfléchir à ce que contient le cabinet d'un médecin pour élaborer un mélange qui me permettra d'enrayer ce nouveau fléau.

– Je refuse de te demander qui est Río-Squelette. C'est une attaque des Dieux ?
Ce n'était pas la réponse que j'attendais...
– Non, je ne crois pas. Je suis très raisonnable en ce moment.
J'ai utilisé un ton très convaincant, je suis fière de moi.
– C'est pour ça que tu t'es couchée tard. Et que tu as lu ce roman en espagnol parce que tu voulais avoir les autres tomes pour les lire à la suite...
Pas si convaincant que ça.
– Pas du tout ! réponds-je en louchant sur mon nez pour vérifier qu'il ne s'allonge pas.
– Alors tu as un truc pour enrayer un nuage toxique ?
Le nuage commence à clignoter de façon étrange.
– Qui a maintenant plein de couleurs... m'empressé-je d'ajouter.
Si je lui donne des détails elle pourra identifier plus rapidement quel est le problème et me proposer enfin une solution.
– Mais tu as dit qu'il était noir !
– Et maintenant il clignote, tu sais, comme un panneau lumineux. Ça te dit quelque chose ?

Nouveau silence.
– Oui... COURS !!! C'est les Dieux !!! hurle-t-elle.

Une forme plus ou moins humaine commence à se matérialiser devant moi. Monsieur-mon-Médecin a presque réussi à passer inaperçu derrière le porte-manteau. Presque. J'ai toujours une vue un peu trop détaillée de son séant.

– Livre-vie ! gronde une voix caverneuse.

Mais pourquoi ça ne pouvait pas être un nuage toxique tout simple ?


Pour lire la chronique de Melliane sur ce tome, c'est ici ! Par contre, c'est à vos risques et périls. Je l'ai lue et euh... comment dire, je n'ai pas pu résister... Heureusement que l'Espagne a traduit les trois volumes d'ailleurs, sinon je crois que Melliane et moi aurions eu une petite explication à cause de la frustration engendrée par l'infime détail de ne pas pouvoir lire immédiatement la suite de l'histoire. Elle m'aurait dit « Mets-toi à l'anglais » avec un sourire ravi, et moi je lui aurais répondu...

Bref, je m'égare, lisez !



28 commentaires:

  1. Diable, ça faisait longtemps qu'on n'avait pas eu une de nos aventures ! Tu es dans le cacaaaaaa, ma vieille :D ! Heureusement que je ne suis pas là; ça m'évite de te taper dessus pour avoir dit ces choses horribles sur moi et mon Darcy ! J'espère bien que tu va te faire asphyxier par le nuage tiens ! Mes amitiés aux Dieux ;) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai mis du temps avant de pouvoir trouver la tranquillité d'esprit pour continuer nos aventures. Il me fallait aussi un déclencheur, un livre qui me "parle".
      Rassure-toi, tu vas vite revenir sur le devant de la scène! :) C'est prévu! Colin is the Best ! Je sais qu'au fond de toi tu es d'accord avec moi, sauf que c'est compliqué pour toi de le reconnaître, je comprends, petit scarabée, je comprends!

      Supprimer
    2. C'est toi qui est d'accord avec toi, personne ne peut résister à Matthew !

      Supprimer
  2. C'était forcément les Dieux !!! L'oracle me l'avait bien dit qu'ils reviendraient... tu aurais dû écouter mes élucubrations, tu vois, ça peut servir parfois !
    Melliane est terrible, je sais... heureusement que je ne lis pas en VO, sinon bonjour les nuages toxiques par chez moi aussi ^_^
    Fuis ce médecin sado-maso-machin-chose à toutes jambes, et viiiiite !!! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, oui... Toujours écouter les copines!

      Melliane est une tentatrice!

      Suis pas super rapide pour courir, un vrai problème! :)

      Supprimer
  3. Je suis vraiment contente que tu ais passé un bon moment avec le roman aussi ! tu m'as bien fait sourire avec ta chronique et je me voyais bien te dire de passer à l'anglais, tu me connais trop bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te connais, je savais que tu m'aurais dit ça! Je soupçonne même un plan de ta part pour m'obliger à me mettre à l'anglais! lol

      Supprimer
  4. ahahaha quelle aventure! J'adore x) et ce livre me tente bien en plus!

    RépondreSupprimer
  5. J'adore tes chroniques histoire. J'ai énormément souri en l'a lisant! Bon je te laisse Cam! Et je garde Jamie. En fait non je prends les deux car Cam est quand même mon boybookfriend coup de cœur de tous les temps! Bisous Céline!
    Ps: Team Matthew o/ Désolé chaton avait besoin d'un peu de soutien contre cette attaque sournoise en chronique ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh, je mets une option sur Jamie aussi! Nanméo !

      Rien que pour tes préférences darcyesques, je garde les deux! :)

      Supprimer
    2. A non non non, je suis pas d'accord du tout!

      Supprimer
    3. Non non non je suis pas d'accord! (Je sais plus si je te l'ai dis ou pas en commentaire). Quelques soit mes préférences Darcyesques, je veux JAMIE (et Cam). Après tout on est généreuse on te laisse Colin First (Ne nous remercie pas ;) )

      Supprimer
    4. Alors moi, je mets une option sur Jamie, Cam, et Colin. Et je vous laisse Mathew. Deal sympa non?

      Supprimer
    5. Non parce que je n'ai plus Jamie et Cam et que si je dois partager Matthew avec Chaton, je suis quasi sur que je ne ferais pas partie de vos prochaines aventures des livres interdits. Le chat fait du krakmaga bon dieu de bon sang! Tu veux ma mort xD

      Ps: Ce livre m'a sauté dessus et à atterrir dans ma PAL. ;) Deni de PAL totale!

      Supprimer
    6. Alors, d'abord Matthew est à moi. Namého ! Et puisque c'est moi, je vais venir vider ton harem et tous les donner à Bea. Puisque ELLE, elle a bon goût !

      Supprimer
    7. Je le savais... Je le savais... Conspiration!

      Supprimer
  6. Ptdrrrrrrrrrrrrrrrrr ah toi tu me fais trop rire avec tes chroniques de la Liste-noire-des-livres-interdits! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !

      Même si ces chroniques remettent en question mon équilibre mental! lol

      Supprimer
  7. Je suis trop jalouse, je veux trop le lire, il a l'air génial :O!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il l'est! Ca va même plus loin, toute la saga l'est!

      Supprimer
  8. Je viens de le finir... Et j'ai pas aimé! :'( En même temps il a pas eu de chance avec moi, je l'ai lu en deux fois, et c'est jamais l'idéal... Et puis je manque terriblement d'empathie (je suis rude avec les personnages). Et de plus, je crois que l'espagnol me bloque un peu avec certains bouquins, parce que je mets plus de temps à les lire qu'ils ne le méritent, et que ça casse le rythme de l'histoire (ça pourrait aussi expliquer mon opinion sur El mejor lugar)... Enfin, voilà, j'essaie de trouver une explication rationnelle au fait que je n'aie pas aimé un livre que tu as adoré!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca arrive, parfois on n'est pas sensible à un roman. Il est possible par contre que l'espagnol t'ait nui. La langue est loin d'être facile dans ce roman, et crée une véritable atmosphère.
      Pas grave en tout cas!

      Supprimer