dimanche 5 mars 2017

Journal intime d'un chat acariâtre, Susie Jouffa et Frédéric Pouhier

"Je me présente, je suis un petit chat de 6 mois, vif, intelligent, beau, facile à vivre et modeste. Après avoir bourlingué de foyer en foyer, je viens d'être recueilli par une famille tout à fait détestable. Je ne connais pas leur nom, appelons-les la famille Crétin, ça leur va à merveille. Je vais vous raconter mon quotidien."

"Si je devais résumer ma philosophie de vie en une phrase, ce serait :" Un esprit sain dans un coussin. ""

"Quand je m'ennuie, je mange. Quand je suis heureux, je mange. Quand je suis triste, je mange.
Mais qu'on ne vienne pas me dire que je suis gourmand, ça va m'énerver, et quand je suis énervé, je mange."

"22 novembre, 75e jour de captivité.
Ce matin, action coup de poing ! J'ai décapité une souris et leur ai apporté le corps sur leur lit. Cette action barbare est nécessaire pour faire comprendre à mes geôliers de quoi je suis capable. La mission a lamentablement échoué, ils se sont extasiés bêtement à grand renfort de paroles onctueuses et condescendantes: "mais quel bon chat, c'est un bon chasseur, ça !".
Je crois que je vais devoir monter d'un cran en violence..."

Cette nuit j'ai fait un cauchemar, un de ceux qui vous hantent encore le matin alors que vos yeux sont lourds de sommeil. Pour l'exorciser, je vais vous le raconter.

Tribunal. La salle est comble mais je ne distingue aucun visage, ils sont flous.
– Accusée, que plaidez-vous ?
Je jette un coup d'oeil à la ronde, même si je le les vois pas, je sens les regards braqués sur moi. Une goutte de sueur froide dévale la pente de mon dos et je l'entends s'écraser sur le sol.
Ploc.
Je prends une grande inspiration, le moment est important.
Ploc.
Un murmure s'élève lentement de la salle, ma réponse tarde à venir.
Ploc.
– Non coupable, annoncé-je d'une voix que j'espère affirmée.
– Vous pouvez répéter ? me demande le juge en se penchant en avant.
Une vague ondule sur son visage et j'imagine qu'il fronce les sourcils.
– Non coupable ! répété-je plus fort.
Le léger murmure de la salle devient un brouhaha assourdissant. Deux hommes en uniformes sortent d'une petite porte sur la gauche. Quelque chose brille dans leurs mains.
Des menottes.
Le métal froid mord ma chair tandis qu'ils les serrent un peu trop fort autour de mes poignets et l'un d'entre eux m'entraîne à sa suite. Je me débats mais leur prise est ferme.
– Ce n'est pas ma faute ! Je suis innocente ! Je n'ai pas cédé à la tentation !
Personne ne m'entend.
– C'est Misspendergast, c'est à cause d'elle si j'ai acheté ce livre ! Et à cause de mon doigt qui clique contre ma volonté sur le panier des librairies ! Je suis innocente, tenté-je de me défendre.
La porte se referme derrière moi et le brouhaha cesse. Ne restent que le silence et l'obscurité. Quelque chose bouge contre mon flanc. C'est chaud, un peu osseux. Je m'écarte de quelques centimètres. Je ne sens plus la main du policier sur mon coude et mes poignets sont libres.
Je plisse les yeux pour essayer d'apercevoir une forme, un objet qui me donnerait une indication sur le lieu où je me trouve.
Toujours ce noir.
Deux lames s'enfoncent dans la chair tendre de mes cuisses et je fais un bond de côté. Des couteaux ! Des hommes avec des couteaux ! 
Je dois fuir.
Je m'écarte brusquement, le cœur tambourinant dans ma poitrine.
Un boum retentissant accompagné d'un grognement rauque retentit.

Je cligne des yeux et, soudain, je vois. L'obscurité n'est plus aussi épaisse.
Je suis dans ma chambre, protégée par la chaleur de ma couette. La lune essaie de se frayer un passage dans le ciel nuageux et pointe timidement le bout de son nez à travers ma fenêtre sans volets.

Le « délinquant juvénile », me regarde d'un air furibond. Je l'ai poussé hors du lit à cause de Nini qui, en dormant, se relâche tellement qu'elle ne contrôle plus ses griffes et a tendance à les planter dans mon postérieur.

Ouf, ce n'était qu'un cauchemar. Tout va bien.

Enfin, sauf pour mon postérieur... et pour mes relations avec le Délinquant juvénile, je vais devoir me faire pardonner. Tout ça à cause de Misspendergast!

Le Délinquant juvénile
Missperdengast est le retour sur la blogosphère (et vous m'en voyez ravie), mais elle ne trouve rien de mieux que de publier une chronique sur un livre sur les chats. Les chats ! Et drôle en plus ! Alors, mon doigt a pris son indépendance et ce petit livre est arrivé deux jours plus tard chez moi.

Nini et son air froissé


En une poignée d'heures, il était lu, et j'ai vraiment passé un bon moment de lecture. Edgar est l'archétype par excellence du chat : imbu de sa personne (je suis le plus beau, ce qui est à vous est à moi, et ce qui est à moi est à moi), ronchon, facétieux mais aussi tendre et dévoué. 



La Reine-Mère et sa table
Il observe le monde avec ses réflexes félins et j'y ai retrouvé certains points de désaccord entre ma tribu et moi. Je ne dors pas dans mon lit mais dans celui des chats (allez expliquer à Nini qu'il faudrait qu'elle cesse de dormir sous la couette et que j'aimerais bien qu'elle garde ses griffes pour elle quand elle se trouve dans les bras de Morphée. Dialogue de sourds), la Reine-Mère s'autorise un droit de passage auquel nous n'avons rien à dire sur la table à manger, le Bébé-Mignon trouve le panier du Chien-Chihuahua très à son goût et ce dernier nous regarde d'un air triste parce que ses cinquante kilos ne font pas le poids face aux huit du félin...




(Mon Chihuahua qui a perdu son panier)
J'ai beaucoup souri, ri parfois aussi devant ses réflexions complètement décalées. Mon seul regret serait que les auteurs ne soient pas allés au bout de leur démarche. Certaines entrées sont vraiment trop humaines à mon goût. Mais cela reste un très bon moment de lecture.  

Et le Chihuahua!






La chronique de Misspendergast, c'est ici!

22 commentaires:

  1. Le résumé donne déjà bien envie, avec beaucoup d'humour. Alors, forcément, ton avis me donne encore plus envie de découvrir ce livre que je ne connaissais pas :)

    RépondreSupprimer
  2. Les chats sont toujours acariâtres, c'est bien connu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non! Je proteste! Ce n'est pas le cas du tout!

      Supprimer
  3. Je t'avoue qu'au départ je n'ai pas tout compris ahah mais j'adore les photos ! :)
    Le livre a l'air comique Ahaha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normal que tu n'aies pas tout compris au départ, l'important est d'avoir compris ensuite !

      Supprimer
  4. Pour le coup je dois avouer que je ne connaissais pas du tout celui ci ! Quel cauchemar !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben oui, quand je fais des cauchemars, ça ne rigole pas! lol

      Supprimer
  5. C'est du lourd ton cauchemar dis donc ^^ Misspendergast est terrible, comme toi d'ailleurs ! À vous deux vous allez forcément me faire craquer pour ce titre, tellement il a l'air topissime !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment sympa! Eh oui, mes cauchemars sont... pfiou!

      Supprimer
  6. Ahah super chronique Céline j'ai beaucoup ri ^^, "Je ne dors pas dans mon lit mais dans celui des chats" mais c'est tellement ça! ça m'est déjà arrivé d'avoir les 6 chats dans/sur mon lit autant dire que j'ai failli finir par terre ^^, et ils st trop beaux tes petits chats <3, je craque!!!contente que tu aies passé un bon moment malgré le petit bémol que tu soulignes à la fin et qui est juste! Je rigole encore avec la scène du tribunal X)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais oublié que tu avais 6 chats aussi! On va faire un club!

      Supprimer
    2. Oui la team cats :) bon il faudrait trouver un nom plus original ^^

      Supprimer
  7. Mdrrrrrrrrrrrrrr ah j'adore ton billet! ^^
    Et les photos WOW ils sont trop mignons!!! Ils sont à toi ces chats et chiens?
    Le "délinquant juvénile" ha ha ha
    Bisous, c'est toujours bon de venir ici!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui! Ils forment, une partie, de ma petite famille animale!

      Et le Délinquant Juvénile est un vrai délinquant. Dès qu'il y a un truc louche à faire, tu peux être sûre qu'il va s'en charger!

      Supprimer
  8. Ça a l'air très drôle. Surtout pour les personnes qui ont et adorent les chats.

    RépondreSupprimer
  9. Ahahahaha j'adore!! Trop chou, surtout la Reine-Mère :p *-*

    RépondreSupprimer
  10. Dans le même style, je connaissais journal d'un chat assassin, lecture jeunesse pour les jeunes lecteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas, même si le titre me dit quelque chose. Je vais aller jeter un coup d'oeil, merci!

      Supprimer