vendredi 19 janvier 2018

Nunca digas siempre, Jennifer Armentrout


(Résumé-traduction personnelle)

Elle a appris que le silence était sa meilleure arme. Il a juré de toujours la protéger. Les deux partagent un passé terrible, qui a tissé entre eux un lien indestructible. Du moins, c’est ce qu’ils croyaient. Parce que leurs chemins se sont séparés brutalement il y a quatre ans. Depuis tout ce temps, Mallory y Rider essaient de laisser derrière eux les terribles expériences qu’ils ont vécues dans un foyer d’accueil. Ils essaient d’oublier. Mais maintenant, juste quand ils pensaient avoir laissé leur passé derrière eux, Mallory y Rider se retrouvent dans le lycée où va étudier Mallory et découvrent que l’intense lien qui les unissait pendant l’enfance est encore là, tout comme les blessures. Ils doivent décider s’ils veulent continuer à s’accrocher aux armes qui les ont aidés dans le passé ou se risquer à construire quelque chose de neuf dans un futur incertain. Un récit lumineux sur une jeune femme courageuse qui lutte pour exprimer sa vérité depuis une forteresse de silence.

Il est de ces livres qui déferlent comme un tsunami et qui vous ne laissent pas indemne. De ces livres qui vous laissent avec la gorge nouée à la fin de votre lecture, qui vous font voir le monde avec un autre regard, qui rendent difficile le choix d’un autre ouvrage parce que vous savez qu’il ne sera pas à la hauteur. Nunca digas siempre est de ceux-là.

Mallory et Rider ont en commun un passé difficile. Famille d’accueil, violence, traumatismes, rien ne leur a été épargné, et ils ont dû se construire tant bien que mal pendant leur enfance, s’accrochant à ce qu’ils avaient, c’est-à-dire lui, c’est-à-dire elle. Dans la tourmente de leurs jeunes années, ils ont toujours su qu’ils pouvaient compter l’un sur l’autre, jusqu’à ce que l’horreur les rattrape et les sépare. Définitivement. Du moins c’est ce qu’ils pensaient.

Mallory a le cœur qui bat, aujourd’hui est son premier jour de cours, le premier jour où elle quitte l’école à la maison pour enfin avoir une vie normale. Mais ce qu’elle ignore, c’est qu’elle va tomber sur Rider, son ami d’enfance, celui qui a été son ancre, celui qu’elle n’a pas revu depuis ce jour atroce. Celui qui était le seul à entendre les mots qui franchissaient le pavillon de ses lèvres. Il semble le même qu’avant, mais est-ce vraiment le cas ?

Nunca digas siempre est bien plus qu’une romance traditionnelle. La romance est avant tout un prétexte pour découvrir l’histoire de ces deux jeunes, deux jeunes parmi tant d’autres finalement, deux jeunes à l’histoire compliquée qui tente d’avancer vers leur avenir en tirant le poids de leur passé. Les mots de l’auteure sont justes pour décrire leurs traumatismes, leurs fantômes, leurs envies et espoirs aussi. J’ai adoré cette histoire d’adolescence qui m’a fait frémir, ces essais pour avancer, un pas après l’autre, dans un équilibre précaire, mais avancer quand même. C’est un récit qui m’a portée, un de ceux que j’aurais aimé écrire tant les mots m’ont touchée. Un de ceux que je vais offrir et offrir encore, parce que c’est avant tout l’histoire de l’espoir...

20 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce que tu dis en parlant de la romance qui n'est qu'un prétexte à l'histoire (alors que c'est souvent l'inverse). Tu as l'air d'être tombé amoureuse de ce livre, et cela me donne très envie de le découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis tombée amoureuse de ce livre. J'aime les romances, mais celles qui ont un sens. Et celle-ci en a vraiment un. Elle n'est qu'un prétexte à cette histoire, et l'auteure a fait montre d'uns grande habilité.

      Supprimer
  2. C'était vraiment une très belle découverte ! Merci de me l'avoir fait découvrir !

    RépondreSupprimer
  3. J'adore la couverture VO et j'avoue que c'est ça qui m'a tout d'abord tenté mais Les mots semblent profonds alors j'ai d'autant plus envie de le découvrir !
    Merci pour ta chronique :)

    RépondreSupprimer
  4. C'est le genre de lecture poignante que j'adore.
    Merci de la découverte.
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as l'occasion de le lire, n'hésite pas!

      Supprimer
  5. Okay +1 dans ma WL, il me le faut absolument *.*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dès qu'il sortira en français, n'hésite pas!

      Supprimer
  6. Wow ta chronique m’a vraiment donné envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  7. Réponses
    1. Toi qui aime l'auteure de Vous parlez de çà, je suis sûre que celui-ci pourrait te plaire.

      Supprimer
  8. Coucou Céline, ça faisait un bail que j'étais pas venue fureter sur ton blog, et quelle erreur c'était! Celui-ci m'a tout l'air d'être de la bombe nucléaire... Merci pour la découverte! :)

    RépondreSupprimer
  9. Ce n'est clairement pas mon genre de prédilection, mais tu me donnes quand même envie de le découvrir. S'il a romancé centrale mais qu'elle permet d'avoir des d'autres thématique, ou du moins de les aborder de façon différente, cela peut carrément m'intéresser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman n'est pas qu'une romance, je pense d'ailleurs que les amateurs de romance pure et dure risquent d'être déçus. Il est très, très riche à cause de thématiques abordées.

      Supprimer