mercredi 12 août 2015

Six jours, Ryan Gattis

(Editions Fayard, parution le 26.08.2015)

29 avril-4 mai 1992.
Pendant six jours, l’acquittement des policiers coupables d’avoir passé à tabac Rodney King met Los Angeles à feu et à sang.
Pendant six jours, dix-sept personnes sont prises dans le chaos.
Pendant six jours, Los Angeles a montré au monde ce qui se passe quand les lois n’ont plus cours.
Le premier jour des émeutes, en plein territoire revendiqué par un gang, le massacre d’un innocent, Ernesto Vera, déclenche une succession d’événements qui vont traverser la ville.
Dans les rues de Lynwood, un quartier éloigné du foyer central des émeutes, qui attirent toutes les forces de police et les caméras de télévision, les tensions s’exacerbent. Les membres de gangs chicanos profitent de la désertion des représentants de l’ordre pour piller, vandaliser et régler leurs comptes.
Au cœur de ce théâtre de guerre urbaine se croisent sapeurs pompiers, infirmières, ambulanciers et graffeurs, autant de personnages dont la vie est bouleversée par ces journées de confusion et de chaos.

Ryan Gattis plonge sa caméra dans les émeutes qui mirent Los Angeles à feu et à sang en 1992. Souvent méconnues du grand public, oubliées de l'histoire, elles ont dévasté la ville des Anges. Victimes, bourreaux, tous se confondent et échangent les rôles. L'oeil est agile et suit différents personnages qui vont nous immerger dans la violence de la guerre des clans. Gang latinos, black, communauté asiatique, infirmières, pompiers, le panel de narrateurs est varié et se complète parfaitement.

La langue est crue, parfaitement adaptée aux personnages. La violence des mots et des situations font parfois oublier le jeune âge des narrateurs qui grandissent bien trop vite dans ces quartiers contrôlés par la loi des gangs. On devient adulte à douze ans... Mi vida loca, cette folle vie, cette vie dingue qui résume parfaitement ce qui les guide. Le gang qui les éloigne de la famille, cette nouvelle famille, la clique, qui est la leur et pallie aux manques du sang.

C'est un sujet qui m'intéresse particulièrement, notamment en ce qui concerne l'Amérique Latine. Le film La vida loca de Christian Poveda m'avait bouleversée, et cette immersion dans les diverses communautés de Los Angeles m'a fascinée. Le récit de Ryan Gattis revêt des effets cinématographiques pour retranscrire cette descente aux enfers. Les descriptions ont la force du visuel et l'horreur de ces émeutes jaillit, tout comme l'amour.

En donnant la parole à différents narrateurs, il réussit le tour de force de dépeindre différents points de vue qui se complètent et s'imbriquent parfaitement. L'histoire se reconstitue, sans failles.

Âmes sensibles s'abstenir, le portrait est rude, mais comme pour La vida loca, je me suis prise d'affection pour ces gansta, victimes et bourreaux d'une société qui ne leur a pas laissé le choix. 

Une lecture coup de poing, une lecture coup de cœur.

Merci aux Editions Fayard pour cette lecture!


14 commentaires:

  1. Oh je suis convaincue, je le rajoute de ce pas à ma Wish-List :D !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu devrais aimer cette lecture!

      Supprimer
  2. Pas mal pour une petite virée choc à LA on dirait ^^ Ambiance brutale mais scotchante si j'ai bien compris ! Pourquoi pas à l'occasion, merci :)

    RépondreSupprimer
  3. C'est sûr, les âmes sensibles doivent s'abstenir... Un coup de cœur pour moi aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que tu aies apprécié cette lecture!

      Supprimer
  4. Ah oui c'est le livre dont tu m'as parlé ! je suis contente que tu ais passé un si bon moment avec celui ci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui!!!! Et moi je suis contente de te retrouver!

      Supprimer
  5. Réponses
    1. J'ai ADORE cette lecture! Un énorme coup de coeur!!

      Supprimer
  6. Je suis assez intrigué par ton avis et par le livre du coup! Le sujet date de 1992 et pourtant il pourrait revenir d'actualité avec tous les décès "accidentels" des noirs-américains dans certaines contrées des USA, qui font de nombreuses émeutes! Je prends note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait aussi le lien avec les incidents de Ferguson, ou même les problèmes d'intégration des communautés latino dans le sud des Etats-Unis (malheureusement, cela s'étend vers le nord). Sans parler de ces mêmes gang latinos, les maras par ex, nées à Los Angeles une décennie avant ces évènements. Le sujet m'intéresse beaucoup, l'intégration, la différence, ce pays qui s'est construit avec différentes identités...Tu rajoutes à cela une écriture percutante et tu as un roman vraiment génial.

      Supprimer
  7. Coup de poing et coup de cœur, c'est exactement ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fini ce roman il y a plusieurs semaines et j'y pense encore...

      Supprimer