mardi 7 juillet 2015

Entre chiens et loups, Tome 1, Malorie Blackman

 Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Un monde où les communautés s'affrontent à coups de lois racistes et de bombes. 
C'est un monde où Callum et Sephy n'ont pas le droit de s'aimer. Car elle est noire et fille de ministre. Et lui blanc et fiel d'un rebelle clandestin...

---------------------------------
Résumé des Chroniques de la Liste-noire-des-livres-interdits.
Une sombre menace plane sur nos livres-chéris, sur ces ouvrages qui nous transportent jusqu'à pas d'heure dans la nuit et nous font rêver encore et encore dans la journée : les Dieux-de-tous-les-trucs-de-la-mer-et-de-la-terre les ont déclarés « dangereux pour l'humanité », et nous somment, nous, les humbles lecteurs, de les leur livrer. Voici l'histoire de notre rébellion! 
----------------------------------

– Allez, plus qu'un tour !
– Vas-y, tu y es presque !

Elles sont marrantes, j'y suis presque, j'y suis presque... J'ai surtout l'impression de ne pas y être du tout.

Melliane sautille sur la ligne d'arrivée et scande bien fort mon nom. Le Chat du Cheshire tient un chronomètre dans la main. Elle a revêtu sa tenue de Krav-Maga. Pour être dans l'ambiance, nous a-t-elle dit. Pour être dans l'ambiance, elle aurait dû courir avec moi. Un peu de solidarité, que diable ! Roanne et Johanne ont même parié sur le temps qu'il me faudrait pour faire le tour. Je sais juste que le vainqueur gagne un pot de Nutella.

La sueur coule maintenant le long de mon visage et dévale la pente de mon échine. J'ai pourtant mis un t-shirt large, mais ce n'était visiblement pas une bonne idée. Les matières « nid d'abeilles » auraient sans doute été mieux. Ou peut-être celles « machin-truc ». Enfin bref, tout sauf ça.

– Allez, plus que la moitié d'un tour, m'encourage Roanne qui a même apporté son ouvrage de couture pour passer le temps.
Je la vois qui prend des notes sur un petit carnet. Son nouveau roman j'imagine. J'espère ne pas en être l'héroïne, je n'ai rien d'une héroïne avec ma coupe de cheveux approximative et mon short débraillé. Une moitié de tour... Combien fait un tour de ce stade déjà ? J'ai oublié de demander au Chat. 

J'ai mal aux pieds. Une grosse ampoule. On va devoir m'amputer. Au moins ça. Avec un peu de chance, ça sera juste le pied. Avec ma veine, à partir du genou.

Melliane continue de hurler ses encouragements et de sautiller. Mais comment fait-elle avec ses nouvelles chaussures qui ont des talons d'au moins dix centimètres ? Je serais déjà tombée.

Un quart de tour. Je n'en peux plus. Si je fais semblant de m'évanouir, est-ce qu'elles vont me laisser tranquille ? Non, le Chat viendrait me chercher par les cheveux et Melliane serait capable de me menacer avec ses talons. Et les autres ? Ne jamais se fier à une Johanne en colère ou à une Roanne furibonde. La force tranquille qui devient tornade. Et tout ça parce que je me suis terrée pendant quelques temps après l'attaque du salon. « Tu dois retrouver la forme » a dit le Chat. Gna gna gna...

L'oxygène n'arrive plus à mes poumons, des formes noires dansent devant mes yeux, un point de côté me laboure le flanc. Courage ! Tenir ! La  ligne est là, à quelques mètres. Je serre les dents. Encore une foulée. Je m'imagine plus légère qu'une plume, je m'imagine telle une gazelle... Les JO sont à moi ! La ligne est là ! Boum... Melliane aussi était là... Oups...

– Ouille, se plaint-elle en se frottant le derrière.
– Waouh, quelle collision ! s'esclaffe Roanne en lui tendant la main pour l'aider à se remettre debout.
– C'est mieux, mais ce n'est pas encore ça...
C'est la voix du Chat. Je garde les yeux fermés et me concentre sur ma respiration. Comment on fait déjà ? Ouvrir ses chakras ? Ah non, ça c'est autre chose. Inspirer par le nez et expirer par la bouche, inspirer par le nez et expirer par la bouche. Là, ça va mieux. Je peux ouvrir un œil.
– Combien ?
Le Chat regarde son chronomètre.
– Deux secondes de mieux.
– C'est tout ?
Je suis déçue. Tout ça pour ça.
– Nan, mais c'est mieux hein... Surtout si on considère que tu n'as pas dormi.
– Mais j'ai très bien dormi, grommelai-je.
– Combien d'heures ? s'enquiert Melliane, une once d'ironie dans la voix.
– Laisse-nous deviner ! poursuit Johanne. Roanne, on parie ? Moi je dis « nuit blanche » !
Roanne m'observe attentivement. Elle s'incline au dessus de moi et plaque ses doigts sur mes paupières pour me forcer à ouvrir les yeux.
– Moi je dis deux heures.
– Ah ! Perdu ! Bande de vilaines ! J'ai dormi plus de deux heures !
– Elle a dormi trois heures...
Melliane devient décidément bien ironique. Je préfère ne rien dire et changer habillement de sujet.
– Je ferai mieux la prochaine fois. On revient quand ?
Pfff, je dois vraiment être désespérée pour demander ça au Chat. Elle va sauter sur l'occasion, j'en suis sûre.
– Combien d'heures ?
Changement de sujet : raté... Je vais devoir m'entraîner encore un peu.
– J'ai dormi, je vous assure.
– Combien ?
Melliane s'approche de moi, elle a l'air vraiment menaçant avec ses hauts talons. Je m'empresse de répondre, on ne sait jamais, s'il lui venait l'idée de les utiliser contre moi.
– Trois heures trente.
Elles me dévisagent, mais ce n'est pas une expression navrée que je lis sur leur visage. Il y a du soulagement, de la curiosité et même de l'avidité... Elles veulent savoir...
– C'était quoi ? chuchote Johanne.
Je me redresse soudain.
– Entre Chiens et loups de Malorie Blackman, m'écriai-je un peu trop fort.
Aussitôt, Roanne me fourre dans la bouche son ouvrage.
– Chut, moins fort dit-elle en regardant à la ronde.
Je retire le tissu de ma bouche et lui fais signe que j'ai compris. On ne doit pas se faire remarquer, les Dieux ont des oreilles partout...
– Alors ? continue le chat. C'était bien ?
Je secoue frénétiquement la tête.
– « Bien » est un mot trop faible. C'était génial, émouvant, bouleversant, dérangeant...
– Tout ça ?
– Oui, tout ça, et même plus encore. Le monde imaginé est tellement plausible. Cela s'est déjà produit, ce racisme qui a fait tant de victimes. Ce racisme encore latent. Ici, la situation est inversée si l'on compare à ce qu'a connu l'Histoire. Dominent les noirs, subissent les blancs. Mais finalement, l'ordre des couleurs n'a pas d'importance. Le regard porté sur cette société, qui est un écho tellement juste à la nôtre, est vibrant de vérité. Mépris, discrimination, violence... simplement à cause d'une couleur de peau.
Sephy et Callum sont au-delà de cela. Ils sont amis d'enfance, ont grandi ensemble. Ils ne comprennent pas ce monde qu'on leur impose. Ils ne comprennent pas ces règles qui ne doivent rien à la raison, à la justice. Ils ne comprennent pas ce monde d'adultes. Mais ils ne vont pas avoir le choix. La société est une machine qui broie tout sur son passage. Sephy doit apprendre cette leçon, elle ne pourra pas manger avec Callum à la cantine. Pour le protéger lui. Pour se protéger elle. Ils tentent tant bien que mal de préserver ce qui les unit, mais ce monde est d'une cruauté qui dévore tout sur son passage.

Je pousse un long soupir, mon cœur est encore frémissant de ma lecture.
– Les mots sont âpres, et vont plus loin que ce qu'ils disent. La langue est simple de prime abord. Et puis très rapidement, récit et langage ne font plus qu'un. Ils ont la brutalité des situations, décrites sans fioritures, avec la force d'un vocabulaire qui fait mine de taire alors qu'il révèle tout. L'histoire se revêt de violence : violence des situations, violence des actes, violences des mots. Ces mots qui vous brisent. Rien n'est jamais gratuit. 
Et il y a ces moments de bonheur intense, ceux où la pression se relâche, cette bulle de coton qui enveloppe Sephy et Callum. Ils sont si précieux...

Ma gorge se noue. La fin est encore tellement présente en moi. Il fallait oser. L'auteure l'a fait. Ce n'est pas qu'un simple roman "Young Adult", c'est bien plus que cela. C'est une prise de conscience, ouvrir les yeux, et voir. Voir que tout n'est pas fini et que cela peut se produire de nouveau.

Je me mets debout et tire sur mon t-shirt encore trempé par mon effort. 
Le Chat met sa main sur mon épaule et la serre doucement. Elles savent. Elles comprennent. Voilà le sens de notre lutte. Voilà pourquoi j'ai couru jusqu'à ne plus avoir de souffle et au risque de ne pas pouvoir me lever demain. Pour sauver ce type de livres, ces livres qui ont un rôle.

– On y va ? Tu as bien besoin d'une douche!

Je hoche la tête simplement, et nous nous dirigeons vers la sortie. Avant d'entrer dans le tunnel qui débouche sur le parking. Un vieil homme nous intercepte et je ne peux réprimer un mouvement de recul. Il sent encore plus mauvais que moi et ses habits ont un aspect douteux. Tout comme ses joues rougeaudes.

-Mesdemoiselles, écoutez ma palabre !
Nous fronçons les sourcils de concert.
– Dans les limbes vous vous êtes perdues /Devant vous, le chemin a disparu / Les espoirs ont fondu / La lumière a chu.
– Il parle bizarrement non ? murmure Roanne.
Je hausse les épaules. Je ne comprends rien à ce qu'il raconte.
– La flamme raviver doit / Vos cœurs, avoir la foi/ Pour retrouver la voie...
– Il est complètement barge, souffle Melliane qui tente discrètement une percée sur la gauche.
Il l'interrompt aussitôt en se plaçant devant elle.
– Oreille attentive / Option définitive !
Il écarte les bras. Il crie presque maintenant. Il va nous faire repérer !
– Souvenir de prophétie !

Il s'approche de moi et pose sa main sur ma joue. Je me retiens de me sauver. J'ai retenu la leçon d'Entre chiens et loups. Pas de jugements hâtifs, pas de discriminations.

A l'origine vous reviendrez,
Les mots vous suivrez,
Après la fin, la naissance,
Trouver le talon,
La délivrance sera.

Il continue :
– Vos yeux clos sont / S'ouvrir devront / La guerre mèneront/ Les livres libèreront/ Les sauveuses, seront.

Et d'une pirouette digne du lac des cygnes, il s'évapore dans le tunnel...

Quelques longues secondes s'écoulent dans un silence lourd de sens.

– Les filles, je crois qu'on a une nouvelle prophétie... finit par dire Roanne.

Heureusement que Roanne a son carnet pour tout noter...

22 commentaires:

  1. Oh une nouvelle ! C'est normal que tu ais des couleurs différentes partout ? Juste par curiosité. On court on court on court ! Et je suis sure que tu vas y arrivé dès que tu auras dormi un peu plus ! Je ne pense pas connaitre le roman mais peut etre un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un roman coup de poing! Merci pour le blog, grâce à toi, bêtise réparée!!

      Supprimer
  2. La fin de ce roman m'a vraiment anéantie, j'ai dû attendre quelques temps avant de me lancer dans la suite ^^

    RépondreSupprimer
  3. Ahahah, toujours un bel avis, et toujours un roman magnifique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup!! Et oui, un roman coup de poing!

      Supprimer
  4. J'ai lu ce livre lorsque j'étais ado, et à ma grande honte je n'en conserve pratiquement aucun souvenir :(... Tu m'a convaincu : il faut que je m'y remette !
    Et toi que tu te remette à dormir et courir, je n'ai pas envie de devoir te porter sur mon dos ;) ! En tout cas, on a une nouvelle prophétie : j'espère que l'ivrogne n'ait pas un ennemi qui va nous lancer sur une mauvaise piste... Méfiance méfiance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas surprise, il faut une certaine "maturité" pour aborder ce roman.

      C'est une idée de me porter sur ton dos!! lol J'ai tellement mangé de Nutella que tu risquerais de plier! lol

      Supprimer
    2. Oh oh, c'est avec un fouet que je vais te poursuivre ! Résiste au Nutella, faible humaine ;) !

      Supprimer
    3. Un fouet!! Oh my god!!! Voilà une bonne raison de ne pas sombrer dans le Nutella!! lol

      Supprimer
  5. Un livre qui m'a fait pleurer. (Suis sensible oui oui^^). Bref, un coup de cœur! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends vraiment pour les larmes. Je suis une grande sensible également.

      Supprimer
  6. Je n'ai pas lu ce roman encore une fois, et franchement j'hésite encore ( non ne soit pas méchante avec moi, ne me punie pas de nutella lol)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu devrais l'aimer celui-ci.

      Supprimer
  7. Gros coup de coeur pour ce livre ! J'ai vraiment adoré ! La suite est vraiment bien aussi ( à part le 4ème tome qui, à mon sens, n'apporte rien...) :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas osé me plonger dans le 2 pour le moment. Suis un peu "traumatisée"...

      Supprimer
  8. Ça c'est de la prophétie dis donc ! Du lourd mesdemoiselles, du très lourd !!!
    Bon, une nuit de 3h30 ça m'oblige à ajouter directement ce roman (et peut-être même les suivants) dans ma PAL directement... Mais chut, les murs de la toile ont aussi des oreilles :D
    Bravo pour cet entrainement de haute compétition (comment ça j'exagère !), et merci pour le divertissement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela fait longtemps qu'un roman ne m'avait pas autant bouleversée...

      Et oui, entraînement de compet' ! Faut bien! Le Nutella ça fait du mal!

      Supprimer
  9. Eh voilà, j'étais à l'ouest, semble-t-il, j'ai plein de retard !
    Et en plus, j'ai failli t'étouffer avec un bout de tissu (même avec un imprimé cupcakes, ça reste du tissu, ce n'est pas comestible ni soluble dans l'eau... je m'excuse ! ^^).
    Bon, je file parcourir ton blog, je sens que j'ai manqué encore d'autres trucs, même en juin...
    En tout cas, il a l'air bien sympa ce roman qui inverse les codes... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ce romand errait te plaire. De la littérature jeunesse intelligente!

      Et les cupcake sont super dangereux!!

      Supprimer
  10. Les 4 tomes d'Entre chiens et loups font partie de mes livres préférés, ils sont magnifiques..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai lu que le premier, mais le 2 est dans ma PAL. J'ai un peu peur de m'y plonger, je dois le reconnaître, à cause de la gifle que le 1 m'a donné...

      Supprimer