jeudi 12 octobre 2017

Les trois talents, saison 1, Le conteur d’histoire, Emma Cavalier

Quand les rivalités attisent le désir... 
Brillante et ambitieuse étudiante en journalisme, Élisabeth est stagiaire pour le quotidien Azur matin. Face à elle, un redoutable rival, Alexander Welles. Et quoi de mieux pour tenir sa concurrente que d'avoir les preuves qu'Élisabeth utilise son ordinateur pour se rendre sur des sites de rencontres ? Alexander va exercer un chantage sur Élisabeth : soit elle passe la nuit avec lui, soit il révèle son secret. Il va entraîner Élisabeth dans des jeux érotiques qui répondent aux fantasmes enfouis de la jeune femme qui se donne sans retenue aucune. Tombera-t-elle amoureuse de son rival et maître chanteur ? Devra-t-elle choisir entre la réussite et l'amour... ?

Elisabeth a enfin obtenu le stage dont elle rêvait, celui qui va lui permette de décrocher une bourse prestigieuse. Armée de son précieux sésame, à elle les Etats-Unis ! Enfin, c’était sans compter sur un obstacle de taille, un rival qui est aussi dangereux qu’il n’est antipathique : Alexander Welles. Avec quelqu’un comme lui, il ne faut pas avoir de failles. Mais Elisabeth en a une, et aussi grande que l'Everest. Derrière des abords de jeune fille rangée, elle fréquente un site web qui lui permet s’explorer sa sexualité, même si elle se fixe ses limites. Un seul garçon, toujours le même. Il est respectueux, ils sont devenus amis. Et puis un jour, elle commet une erreur monumentale (que cela serve de leçon !) : elle consulte le site au travail. Juste une seconde, pas plus, mais c’est suffisant pour que son pire ennemi la fasse chanter.

Evidemment, dans un roman de ce genre, on n’échappe pas au schéma classique du dominant/ dominé. L’un dicte ses règles, et l’autre suit, voire en redemande. Je ne suis pas forcément le public idéal pour ce type de récit, je lis peu de romances érotiques ces derniers temps. Malgré tout, et en cela réside l’originalité des Trois Talents, je dois reconnaître que l’auteur explore des facettes de la psychologie et de la sexualité peu abordées. Je les tairai pour ne pas dévoiler le cœur de l’intrigue, ce n’est ni gore, ni « trop », c’est juste humain. Et rien que pour cela, c’est une réussite. Une romance érotique qui devrait satisfaire les fans du genre !


10 commentaires:

  1. Je ne suis pas très adepte de romance érotique à cause des schémas dont tu parles justement (Merci 50 nuances de Grey). Je devrais peut-être tenter et dépasser mes préjugés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est un genre que tu n'aimes pas, n'essaye pas ce roman. C'est très érotique, un peu trop pour moi d'ailleurs.

      Supprimer
  2. C'est toi qui me tentes chaque fois que je passe sur ton blog! Je t'avais déjà félicitée pour ton changement de look ? C'est très réussi.
    Et du coup, comme j'aime bien les romans érotiques de temps à autre, je note ce titre! Merci! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très érotique celui-là hein...

      Supprimer
  3. Je ne lis que très peu de romans érotiques et celle-ci ne me tente pas, mais je suis contente que tu aies apprécié :D

    RépondreSupprimer
  4. Il faut vraiment être fan pour ce genre de romance, pour ma part, je n'y vois plus qu'un beau terreau pour la culture du viol / silence, qui floute la différence entre la vraie séduction et le harcèlement pur et dur. Désolée, j'ai lu trop de choses moches ces dernières semaines, ça me rend plus dure. Bref, je passe mon chemin, ce n'est pas pour moi.

    (note : tu n'es pas obligée de publier ce commentaire, je comprendrais très bien car je ne souhaite pas ouvrir de polémique sur ton blog avec ce ressenti "à chaud" très perso <3 ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait ce que tu dis, souvent je ne suis d'ailleurs pas à l'aise avec le sujet. Mais en ça, ce roman est assez différent. Le résumé met trop l'accent sur le côté "chantage" qui en fait disparait très vite (ce n'est d'ailleurs pas vraiment du chantage, et on n'a pas le côté "inconnus"/ "obsessionnel") et le héros masculin est beaucoup plus humain que la plupart des héros que l'on rencontre dans ce genre. Il est même gentil. Vraiment gentil. La tête à claques est plus l'héroïne sur ce point (c'est elle qui le pousse sans respecter ses limites à lui). On n'est pas dans du roman moche (sinon je l'aurais dit, je ne supporte pas ce type de roman). Je lui reconnais des qualités, et un côté original, même si c'est loin d'être mon genre de prédilections.

      Et pas de problèmes pour en discuter: et de 1/, ton ressenti est tout à fait compréhensible, et de 2/, c'est argumenté...
      Et de 3/ je t'apprécie beaucoup trop et ai beaucoup trop de respect pour toi pour "censurer", surtout que nos discussions sont toujours intéressantes.

      (Je ne cherche pas à te convaincre que c'est un roman pour toi hein, je ne le pense pas, tout comme je pense que je ne suis pas réellement le public visé).

      Supprimer